Nobè-Mamou : Disparition d’un conducteur de taxi moto, plusieurs concessions incendiées

août 16, 2018 1:59
0

Comme nous vous l’annoncions dans un précédant article, des jeunes surexcités suite à la disparition d’un des leurs ont passé à la vitesse supérieure en s’attaquant, ce mardi 15 août aux concessions du village d’origine de Thierno Sadou le présumé auteur de la disparition du taximètre Thierno Sadou Barry (son homonyme). Des cases incendiées, des biens détruits, des personnes blessées voilà la situation dans laquelle vivent les habitants de Darou un village du district de Nobè dans la sous préfecture de Soya.

Ce mercredi 15 août, la rédaction locale de Guinéenews© a fait un déplacement sur les lieux pour toucher du doigt à l’ampleur des dégâts causés par ces jeunes qui tenaient à lyncher le présumé auteur.

Dans ce village, l’angoisse est de mise après le passage de ces jeunes révoltés. Cinq cases et une maison ont été brûlées. Fatoumata Binta Barry la sœur du présumé auteur de la disparition du taximètre qui a été bastonnée quatre jours auparavant par les proches du disparu a échappé de justesse pour cette seconde fois à la furie des jeunes. « Alitée dans la chambre, lorsque j’ai entendu les cris des jeunes, j’ai pris mon bébé pour m’enfuir derrière la maison. Dissimilée dans le champ de maïs, j’entendais les jeunes proférés des injures et des menaces. Ils ont mis de l’essence et du feu sur la maison, sur la case de ma marâtre qui était absente et sur les deux cuisines. J’ai perdu tous mes habits, mon téléphone et mon argent d’une valeur de 650000GNF », témoigne une dame.

Les voisins de la famille incriminée n’ont pas été épargnés. « Vers 17h, j’ai entendu les bruits des motos qui passaient derrière ma concession. Je me suis enfermée avec les enfants dans ma case. Ils ont donné un coup de feu avant de défoncer la porte et ont menacé de nous tuer. Ma fille me dit de leur donner de l’argent pour qu’ils nous épargnent. Ils ont pris l’argent et ont mis le feu sur le matelas et le toit. Ils ont frappé mes filles, l’une a été mordue par un jeune. J’ai tout perdu (argent et biens) », témoigne Fatoumata Diarriou mère de famille.

Quant à Kadiatou Sow, elle indique : « C’est quand je revenais de l’hôpital pour des soins, j’ai rencontré ces jeunes. L’un muni d’un couteau m’a pourchassé et ma terrassé. Il me bastonna à tel point que je ne pouvais plus appeler au secours. Lorsqu’il a voulu me poignarder, j’ai saisi la lame qui me blessa au doigt. Il m’a abandonné lorsqu’il a vu une vielle qui revenait du champ puis il se lança derrière cette dernière qui a pris la fuite vers le marigot. Ils m’ont attaqué injustement parce que je ne suis parenté à la famille qu’ils accusent. »

Mamadou Baïlo Barry domicilié à Kollaguil un autre village rappelle : « J’ai trouvé trois jeunes qui ont érigé un barrage à la rentrée du village. Ils s’attaquèrent à moi pour retenir le sac que mon enfant portait et sont partis avec. Ils ont emporté de l’argent et des téléphones. »

Le papa et la maman du présumé ont fui le village. Le président du district est clair. « Depuis le vendredi dernier, le père du présumé s’est cassé. L’acte commis n’incombe qu’à son auteur. Je ne comprends pas comment tout le monde peut subir la faute d’une seule personne », regrette Mody Boubacar Diallo.

Début le jeudi 9 août dernier à Mamou, un jeune conducteur de taxi moto de 18 ans est porté disparu. Un jeune originaire de Nobé est pointé du doigt par les proches de la victime comme étant l’auteur de cette disparition. Actuellement, ce dernier est mis aux arrêts et il attend d’être jugé.