Noël à Diécké : Le corps sans vie d’un libérien retrouvé dans la piscicine de la SOGUIPAH

0
459

Le corps d’un jeune libérien,  âgé d’une vingtaine année a été retrouvé dans la piscine du palm club de la Soguipah, ce 26 décembre, a-t-on appris sur place.

C’est devenu une habitude pour de nombreux  habitants de  Ganta, deuxième ville du Liberia,  situé à 12 km de la sous-préfecture de Diécké, de venir  célébrer la fête de Noël en Guinée,  notamment dans le palm club de la Soguipah, doté d’une piscine et d’une salle de jeux.

C’est dans cette piscine que le corps sans vie de Marvin Konan, commerçant de son état, a été retrouvé à la grande surprise des gestionnaires du  palm club Soguipah, dans la matinée de ce 26 décembre.

Informé  du  drame, les autorités guinéennes et libériennes se sont rendues sur les lieux pour des fins d’enquêtes. A cet effet, plusieurs témoins ont entendu sur les circonstances de cette mort.

Pour Pressens  Servian: « hier 25 décembre, nous sommes venus dans l’espoir de nous amuser avec nos amis ainsi  qu’avec notre frère Marvin, qui y venait pour la première fois. Mais  après  la fermeture de la piscine à 19 heures, nous avons constaté la disparation de notre frère, à travers ses paires de chaussures. Après plusieurs fouilles et demandes qui sont restées sans suite,  nous avons décidé de rentrer dans l’espoir de revenir le lendemain. Arrivée très tôt ce matin  sur les lieux,  nous avons aperçu son corps flottant dans la piscine».

Pour le chef section, chargé du sport et loisir du club, Alexis Haba, c’est à 15 heures qu’il a pris  service le 25 décembre, et après  2 heures de temps,  il  a  fermé la piscine où n’y  avait personne.  Et que c’est à son fort étonnement qu’il a  trouvé un groupe de personnes devant la piscine, sous prétexte que le corps sans vie  d’un jeune a été retrouvé là,   par noyade.

Selon Lansana Yattara, ‘’chaque 25 décembre ils organisent la fête de Noël à l’honneur des tout-petits enfants, après toutes les activités je suis rentré, c’est ce matin à peine que je gare ma voiture dans le parking, que j’ai reçu trois jeunes Libériens   qui m’ont laissé entendre qu’ils sont venus hier avec leur frère en moto, mais après la baignade,  qu’ils ne l’ont pas vu toute la nuit. Ils sont partis avec ses habits. Moi je me suis posé la question comment ça peut être possible que vous veniez à quatre et vous vous retournez à trois,  et vous prenez l’habit de la personne, sans elle et sans aussi  informer, entre temps le picciniste nettoyait l’eau, c’est là qu’il a constaté un objet dur, et  à force de pousser l’objet est venu à la surface de l’eau, et on a découvert que c’est un corps’’, telle est sa version des faits.

Et le lieutenant-colonel, Idrissa Camara, commandant de la gendarmerie frontalière de Diécké d’enchaîner à son tour: « nous avons été informés dans les environs de 7 heures du matin,  et nous nous sommes rendus sur les lieux, avec un médecin légiste   pour des fins de constats. Après toutes les questions, les filles avec lesquelles la victime est venue, ont affirmé que le défunt ne savait pas nager et que la piscine pouvait mesurer entre 1mètre 50, jusqu’à 2 mètre 15 de profondeur, certainement il est parti en profondeur, il n’a pas pu  remonter, c’est comme ça que le corps a été retrouvé aujourd’hui. Et nous pouvons dire que c’est un cas de noyade,  parce que ça a été confirmé. Ils sont tous descendus dans l’eau et il ne savait pas nager. »

Présent également sur les lieux de l’enquête, le commissaire central de Ganta, Larmi  Mendi, s’est félicité des démarches effectuées par les autorités guinéennes. Mais pour le moment, les enquêtes se poursuivront au Liberia, assure-t-il.

Selon des sources médicales, la victime  serait morte d’une  « noyade avec submersion et  asphyxie très probable sur haleine, avec la  présence de morve naso-buccale ».