NTIC : vers la gestion locale du trafic internet en Guinée  

0
540

Une rencontre de cinq jours pour vulgariser le point d’échange internet (IXP) Guinée a débuté ce lundi 8 juillet dans un réceptif à Kaloum. Les échanges portent sur les aspects technique, sécuritaire et économique du fonctionnement de l’administration de l’IXP Guinée, construit par le gouvernement à travers le ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economique Numérique dans le but de promouvoir les échanges de trafics internet locaux.

D’après Aboubacar Kourouma, président du chapitre guinéen de l’Internet Society, il s’agit de faire la vulgarisation du point d’échange internet (IXP) que le gouvernement vient de mettre en place. Expliquer aux différents acteurs les aspects technique, sécuritaire et économique du fonctionnement d’un point de change internet IXP tout en les sensibilisant à s’interconnecter localement.

« Au lieu qu’on utilise les liaisons internationales, on peut échanger localement. C’est aussi une infrastructure qui peut développer l’économie numérique localement. Lorsque nous aurons suffisamment de contenus et que nos producteurs de contenus sont connectés via IXP, les utilisateurs guinéens de l’internet auront facilement et rapidement accès aux données qui sont stockées que d’aller les chercher à l’internationale. Même si l’internet est coupé dans notre pays, les auditeurs ou les téléspectateurs guinéens pourront avoir accès à leurs médias. Dans la structure actuelle, les médias font de streaming à partir de l’extérieur, dès qu’on a un problème d’internet, on n’aura pas accès au contenu des émissions. Il s’agit encore de démystifier l’IXP pour ne pas que les gens pensent que c’est reversé uniquement aux techniciens », a-t-il expliqué.

Prenant la parole, le secrétaire général du ministère des Postes et Télécommunication, Morlaye Youla a fait savoir que l’ambition de son département est de doter la Guinée des infrastructures modernes facilitant la connectivité nationale et internationale des populations.

« C’est dans ce sens que nous avons mis en place un cadre légal et règlementaire attractif avec nos partenaires pour réaliser entre autres l’atterrissage du câble sous-marin à fibre optique ; la construction de la dorsale nationale en fibre optique communément appelé backbone national (…) », a-t-il fait savoir.

Grâce à l’IXP, a fait savoir M. Youla, l’accès aux sites et applications hébergées localement sera beaucoup plus rapide. Car, a-t-il expliqué, les communications n’auront plus besoin de transiter l’étranger.

Par conséquent, précise-t-il, les coûts de connexions pourront être significativement réduits. « Les opérateurs paieront moins de frais liés l’envoi du trafic internet à l’international. Pour ces raisons, l’IXP contribuera à favoriser la création et l’hébergement de contenus locaux. J’encourage vivement les producteurs des contenus locaux que sont les médias et les gestionnaires d’infrastructures et d’applications critiques comme les impôts, la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), Direction Nationale des Impôts (DNI). Notre objectif est d’inverser la courbe de consommation de bande passante pour faire en sorte que 80% du trafic national internet reste au niveau local », a-t-il fait comprendre.