Nuit du 24 décembre 2018 : la fête ternie par la mort d’un policier

décembre 27, 2018 1:52

La nuit du 24 décembre a été tout, sauf paisible pour la police. Elle, dont le rôle est de protéger les citoyens et qui a consacré de grands efforts pour y parvenir, pendant cette période de fêtes de fin d’année, la voilà qui perd un élément des suites d’accident  de la circulation. Un vrai paradoxe, quand le protecteur devient la victime. On s’y habitue difficilement.

La triste nouvelle a été accueillie avec une grande émotion par l’ensemble de la corporation et les autorités du Département de la Sécurité et de la Protection Civile.  Mais aussi par les citoyens qui ont montré leur compassion. La victime est un jeune stagiaire du commissariat central de Matam.

Selon la Direction Centrale de la Police Routière, les faits se sont produits aux environs de 02 heures du matin, sur la corniche sud à Mafanco, dans la commune de Matam.  Une patrouille du commissariat central de ladite commune qui passait dans la zone a constaté un attroupement. Des individus se bagarraient en bordure de route. Elle s’est immobilisée pour rétablir l’ordre. C’est au cours de cette opération, qu’une voiture roulant à vive allure est arrivée qui a percuté violemment le véhicule de la police, avant de foncer sur le  groupe présent sur les lieux. L’agent stagiaire Alya Soumah a été heurté mortellement  et trois autres personnes, dont deux policiers de la patrouille et un civil, non identifié au moment des faits, ont été grièvement blessés.

Après ce cas tragique de Matam, le service statistique de la Direction Centrale de la Sécurité Routière dresse le bilan suivant de la nuit du 24:

Commissariats Accidents Véhicules en cause Conséquences enregistrées
Kaloum 01 Véhicule contre moto Dégâts matériels légers
Dixinn 02 Véhicule contre moto et véhicule contre arbre (manguier) Dégâts matériels légers
Matoto 01 Véhicule contre véhicule 02 blessés graves

1 blessé léger

Dégâts matériels importants

ENTA 01 Moto  contre moto tricycle 02 blessés graves

01 blessé léger

Dégâts matériels importants

Bambéto

 

RAS    ———————————– ————————————
Sonfonia RAS   ———————————— ————————————

La Direction Centrale de la Sécurité Routière se félicite qu’il n’y ait eu aucun accident dans les centres urbains de l’intérieur du pays.

Pour la capitale, le commissaire divisionnaire Zakaria Camara, directeur central, en compagnie de son adjoint le commissaire divisionnaire Condé Moussa, indique que les principales causes des accidents enregistrés ont été : l’excès de vitesse, la circulation en sens inverse, le changement de direction sans précaution… Il a également évoqué le cas des motos.

Pour le directeur central de la sécurité routière, la gestion de la circulation des engins à deux roues, surtout les motos taxi, va faire partie des priorités auxquelles ses services vont faire face, de toute urgence. L’analyse des accidents qu’on lui remonte depuis sa prise de fonction, met en évidence l’implication très marquée des motocyclistes dans la survenance des accidents. Les cas enregistrés pendant la nuit du 24 le confirment parfaitement.

Tirant les leçons de ces événements survenus pendant la fête de Noël, les autorités du département ont rendu hommage à l’agent, mort en service commandé, avant d’inviter l’ensemble des effectifs mobilisés pendant cette période des fêtes de fin d’année, en appui à la police routière, à redoubler d’ardeur et de vigilance pour assurer aux citoyens une sécurité parfaite dans les centres urbains du pays.

Pour le Département de la Sécurité et de la Protection Civile, l ’Etat, dont c’est la mission régalienne, s’investira toujours dans ce sens. Les dispositifs mis en place pour atteindre cet objectif seront améliorés et renforcés, si nécessaire, pour réussir un meilleur bilan pendant la nuit du 31 décembre. C’est connu, cette fête mobilise toujours bien plus de monde que le 24.  Autant s’y préparer conséquemment.

Tous les citoyens, tous les usagers, sont invités à la prudence et à la responsabilité pour que la fête du nouvel an soit des plus réussies. Agissons ensemble pour que la joie et l’espérance formulées par chacun ne rime pas avec accident, deuil et douleurs. Nous y gagnons tous, notre pays aussi. Bonne fête!