Nuit du 24 décembre: le dernier bilan fourni par la police

540

Ce sont, au total, six accidents dont un mortel, que la police indique avoir enregistré dans la nuit du  24 décembre à Conakry.  Ils se répartissent comme suit : 01 cas qui a fait un mort à Kobayah (moto contre piéton) ; 01 cas à Kaloum,  avec dégâts matériels légers (véhicule contre moto); 04 cas (auto contre moto) à Dixinn, dont 02  avec dégâts matériels importants et les autres avec 01 blessé grave et 01 blessé léger.

C’est le chef de la division statistiques, police judiciaire et fichiers de la direction centrale de la sécurité routière, le commissaire divisionnaire Mory Sangaré qui a communiqué ces chiffres dans l’émission ‘’prudence sur la route’’ de la RTG.

Poursuivant, il a indiqué par la même occasion que, dans tous les centres urbains à l’intérieur du pays, c’est un RAS sur toute la ligne qui a prévalu, d’après les informations que lui ont remontées les commissariats spéciaux de sécurité routière évoluant sur le terrain.

Dans le même ordre d’idées, son homologue de la division prévention et réglementation, le commissaire Ibrahima Makanéra soulignera la détermination des autorités de son département à garantir aux citoyens le maximum de sécurité pour passer aisément le cap du 31 décembre prochain.

Il rappellera à l’occasion que, sur instruction du directeur général  de la police, s’est tenue, dès le 23 courant, une importante réunion des cadres à la direction régionale de la sûreté. L’objectif était de planifier les moyens humains et matériels et déterminer les stratégies à mettre en œuvre pour une parfaite couverture du ‘’grand Conakry’’ (la capitale, Coyah et Dubréka) en effectifs suffisants de police, à déployer avant, pendant et après les fêtes de fin d’année. Les conclusions de cette réunion ont permis de mobiliser un effectif de 4565 policiers provenant de tous les corps constitués présents dans le ‘’grand Conakry‘’, 26 camions, 154 pick-up et 76 motos.

Parallèlement au déploiement de ces importants effectifs et moyens logistiques, 126 carrefours ainsi que les lieux de rassemblement réputés pour attirer du monde, ont été répertoriés comme zones à surveiller. Des patrouilles pédestres et motorisées seront en mouvement tout le temps de la mise en œuvre du dispositif.

« Les leçons du 24 ont été tirées. Rien n’a été oublié pour que la fête prochaine du 31 décembre soit plus sécurisée » diront les deux cadres de la direction centrale de la sécurité routière.

«Nous allons renforcer les dispositifs préventifs. Entre autres par la multiplication des barrages-ralentisseurs; la lutte contre l’excès de vitesse;  l’interdiction pour les motocyclistes de rouler sans casque et de transporter plus d’une personne; le placement en garde à vue, jusqu’à ce qu’ils dessaoûlent, de tous les individus pris en état d’ébriété manifeste et pour tout dire, la lutte sans répit contre les infractions génératrices d’accident ou de trouble à l’ordre public.

Et surtout, ce qui a été rappelé avec force, c’est la pandémie du coronavirus qui est encore présente dans notre pays. Des consignes formelles ont été données pour imposer partout, l’observation citoyenne des règles définies dans le décret portant  état d’urgence sanitaire, encore en vigueur.

Tout le monde, agents et citoyens, sera soumis au strict respect des mesures barrières. Ainsi, sera-t-il exigé le port obligatoire du masque, le lavage des mains dans les lieux de rassemblement fermés et la distanciation physique.

Tout cela pour éviter les accidents, mais aussi la propagation du virus pendant la fête. » 

Facebook Comments