N’Zérékoré : 8 ans après les massacres de Zogota, aucun procès en vue

0
1966

Il y a de cela 8 ans,  depuis qu’une intervention musclée des unités mixtes des forces de défense et de sécurité s’était soldée par six morts, plusieurs blessées et d’important dégâts matériels dans la localité de  Zogota située  dans la préfecture de N’Zérékoré.

C’était suite à une révolte populaire des citoyens de Zogota contre le mode de recrutement des travailleurs et ouvriers par le consortium minier Vale-BSGR, que cette tragédie s’était produite.

Interrogé par notre reporter, Daniel Loua, frère d’une des victimes de ce massacre se souvient : « il y a de cela 8 ans que je perdais mon jeune frère qui a  été tué par des militaires. Aujourd’hui, aucune action judiciaire n’a abouti malgré toutes les démarches que nous avons menées. Les familles sont abandonnées et les enfants ne vont plus à l’école à cause du manque de soutien », a-t-il déploré.

Pour sa part, Emmanuel Fassou Sagno, président du collectif des ONG de défense des droits de l’homme de la Guinée forestière explique les raisons du retard de ce procès en ces termes. « Nous ONG, notamment ‘’Même Droit pour Tous’’, avons porté plainte contre la société Vale-BSGR pour assassinat, torture et arrestation arbitraire de citoyens devant le Tribunal de première instance de N’Zérékoré. Mais jusqu’à présent ce dossier est encore pendant classé sans suite. Cela s’explique par le fait que les agents des forces de l’ordre sont pour le moment pointés du doigt comme étant les auteurs présumés de ces massacres. Et de l’autre côté, l’Etat qui protège la société, le consortium Vale- BSGR qui a demandé aux forces de l’ordre d’intervenir. Ce qui montre à suffisance que le respect des droits de l’homme dans notre pays est encore en souffrance »,  dira notre interlocuteur.

Pour rappel, c’était dans la nuit du 4 août 2012, qu’un détachement des forces de défense et de sécurité, c’était rendu nuitamment à Zogota pour une intervention suite à une manifestation des populations contre le mode de recrutement des travailleurs et ouvriers par les sociétés minières Vale-BSGR, qui exploitait le gisement minier de Zogota.

A noter que  toutes nos tentatives de joindre  le procureur et  le juge du tribunal de première instance de N’Zérékoré, pour leur réaction à ce dossier,  sont restées vaines.