N’Zérékoré : forte présence des enseignants dans les classes, le nouveau bureau du SLECG appelle à une AG ce jeudi

décembre 19, 2018 5:35

Dans la préfecture de N’Zérékoré, la grève lancée le 3 octobre dernier par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), dirigé par Aboubacar Soumah, n’est plus d’actualité dans la localité.

En effet, le Secrétaire général préfectoral et Coordinateur régional du Slecg de N’Zérékoré, Fayala Doumbouya, tenant compte des difficultés rencontrées par les enseignants depuis deux mois en raison du gel de leurs salaires, a appelé le 17 décembre à une reprise effective des cours. Ce, après une concertation avec la base, dit-on.

En tout cas, trois jours après cet appel, les cours semblent reprendre leur rythme normal. Ce mercredi 19 décembre, du lycée Alpha Yaya Diallo, en passant par les lycées Félix Roland Moumié général Lansana Conté ou encore par les collèges Almamy Samory Touré, Mohomou, Gonia et Télépoulou, tous les enseignants programmés ont répondu à 100%, a-t-on constaté sur le terrain.

Interrogé, Moussa Condé, affirme que  le gel de son salaire des mois d’octobre et de novembre l’a amené à renoncer à la grève. Parce que, argue-t-il, il ne dispose d’aucune autre source de revenu. C’est pourquoi il se réjouit de la décision de Fayala Doumbouya qui, selon lui, reste le seul interlocuteur du SLECG à N’Zérékoré.

S’agissant de Moriba Béavogui, au delà du gel des salaires, lui, il ne cache plus son scepticisme quant à un dénouement heureux de cette grève. Et pour lui, la reprise des cours reste l’unique option pour limiter les dégâts.

En revanche, cette présence des enseignants dans les salles de classe a une toute autre perception chez Célestin Soumaoro, le nouveau Secrétaire général de l’antenne Slecg de N’Zérékoré, récemment désigné par Aboubacar Soumah, pour remplacer Fayala Doumbouya après que celui-ci ait appelé à la reprise des cours sans l’accord du bureau national.

Selon lui, la présence des enseignants dans les écoles n’est juste que de la farce. Car, soutient-il, ces enseignants ne font rien de sérieux. ‘’Ils vont à l’école juste pour émarger dans le cahier afin d’espérer le dégel  de leurs salaires’’, a expliqué Celestin Soumaoro qui annonce par ailleurs ce jeudi à N’Zérékoré la tenue d’une assemblée générale pour les préparatifs de la marche pacifique prévue d’ici la fin de cette semaine.