N’Zérékoré : La grève du Slecg perturbe les cours

0
172

A l’initiative du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), le mot d’ordre de grève appelant les enseignants à bouder les salles classes a été suivi par la majorité des enseignants de N’Zérékoré, a constaté sur place notre correspondant dans la matinée de ce jeudi 9 janvier 2020.

En effet, un tour fait dans les lycées Félix Roland Moumié, en passant par Général Lansana conté et Alpha Yaya Diallo montre clairement que pour cette première journée, le mot d’ordre a été suivi. Car si à Félix certains enseignants donnaient des cours du côté d’Alpha Yaya et GLC, la presque totalité des enseignants ont brillé de par leur absence.

Dans ces les établissements visités, les chefs n’ont pas accepté de communiquer sur le nombre d’enseignants présents ayant entrainé l’absence des cours dans lesdits établissements.

Interrogé par notre rédaction, Michel Kolié, enseignant gréviste de son état, précise : « vous savez comme toujours, la première journée d’une grève n’est souvent pas facile. Car, les avis sont partagés entre peur et hésitation. Chacun veut jouer à la prudence.  Je soutiens l’action du Secrétaire général du Slecg Aboubacar Soumah. Sa revendication est dans l’intérêt de tous les enseignants. Donc, il faut que nous suivions son mot d’ordre. C’est lui seul en ce moment qui peut changer les conditions de vie des enseignants ».

S’expriment au sujet de cette grève, Mamady Traoré, enseignant non gréviste, dira : « vous savez que Soumah est un membre du FNDC. Sinon avec les acquis des grèves passées, il n’est pas opportun d’aller en grève en ce moment. Mais lorsqu’on n’a pas la bonne volonté, on pause de tel acte. Moi je suis là parce-que je ne me sens pas concerné par cet appel à la grève du Slecg ».

Joint au téléphone par notre rédaction, Amara Kadiatou Camara, le secrétaire général du SLECG et coordinateur régional au niveau de N’Zérékoré, a indiqué : « je suis en tournée dans les différentes écoles. Mais le constat montre que les enseignants ont répondu au mot d’ordre en restant chez eux. Tous les enseignants ont répondu à 100% parce qu’ils sont conscients que le combat que nous menons est noble et juste ».