N’Zérékoré : pourquoi il n’ya pas eu de marche ce lundi pour le SLECG ?

décembre 24, 2018 2:19

L’école Nissi de Boma, située dans la commune urbaine de N’Zérékoré a servi de cadre ce lundi 24 décembre à une assemblée générale du bureau préfectoral du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) dirigé par Clestin Soumaoro.

Le bureau préfectoral du SLECG a tenu cette assemblée en lieu et place de la marche pacifique qu’il avait projetée pour ce lundi. Cette manifestation, rappelons-le, en plus de n’avoir pas été autorisée par la Mairie, a été étouffée par la présence des agents de police qui s’étaient amassés au niveau du gouvernorat où devait partir les enseignants gelés.

 Mais, selon Celestin Soumaoro, la non-tenue de cette marche n’a rien à voir avec la présence des policiers. Elle a été reportée afin d’éviter, justifie-t-il, de perturber les festivités de Noël pour les fidèles chrétiens de la ville.

« N’zérékoré est une ville chrétienne, il faut respecter Dieu et les fidèles chrétiens. Nous ne voulons pas perturber la fête chrétienne ici à N’zérékoré. Car notre force de mobilisation peut bouleverser les activités et cela n’est pas notre objectif. La présence des policiers au rond-point du gouvernorat n’est pas la raison du report. C’est pourquoi d’ailleurs le 3 janvier 2019, on marchera suivant l’itinéraire gouvernorat, grand marché et prendra fin devant la DPE ( Direction Préfectorale de l’Education),  car on a pas peur », a indiqué le Secrétaire de l’antenne préfectorale du SLECG favorable à Aboubacar Soumah, qui appelle les enseignants de N’zérékoré à ne pas reprendre les cours après le congé.