N’Zérékoré: sale temps pour la société Forêt Forte

0
1117

Apparemment rien ne semble aller en ce moment entre Forêt Forte, une société chinoise d’exploitation industrielle du bois et les communautés riveraines de Niampara. L’on reproche à la société de ne pas respecter ses engagements.

En effet, selon nos informations en 2009, suite à une manifestation des habitants de ce village qui se plaignaient de ne rien bénéficier de cette société, les responsables de Forêt Forte se seraient engagés à réaliser certaines choses pour cette collectivité.

« Il s’agissait notamment d’électrifié le village, construire une école de 12 classes, cinq (5) forages, un terrain de football bien aménagé, un dispensaire bien équipé, une maison d’accueil, un marché », a rappelé Elie Panzou, président du district.

Il ajoute que neuf ans après la signature de cet accord, seulement 6 salles de classe sur 12  ont été construites. Plus loin, Elie Panzou accuse Forêt Forte de corruption dans le recrutement des travailleurs.

« Chaque fois, le chef personnel procède à des recrutements en demandant 600 à 800 mille francs guinéens. Moi personnellement,  j’ai recommandé un jeune à qui, il a demandé 600 mille GNF pour son recrutement », accuse-t-il.

Pour trouver une solution à leur problème, les habitants de Niampara ont rencontré lundi 11 juin, le gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré. Sébastin Tounkara a décidé de prendre la situation en main tout en demandant aux jeunes de surseoir à toute manifestation.

Aux dernières nouvelles, une lettre d’explication a été demandée aux responsables de la société Forêt Forte. Des responsables qui ne souhaitent pas pour l’instant, se confier à la presse.

Nous y reviendrons….