N’Zérékoré : Sékou Souapé, en faiseur de paix, après les violences électorales

0
1432

Ce jeudi 4 juin, jusque tard dans la soirée, la salle de conférence de la préfecture de N’Zérékoré, a servi de cadre à une importante rencontre de concertation entre les émissaires du président et les femmes leaders de la capitale de la Guinée forestière.

Cette délégation conduite par Sékou Souapé, conseiller à la présidence et émissaire du président de la République est allée à la rencontre des populations forestières en vue  de trouver les voies et moyens  de parvenir à une paix définitive dans cette agglomération où les incidents électoraux ont causé de nombreuses pertes en vies humaines.

Prenant la parole à cette occasion, Sékou Souapé Kourouma a précisé combien de fois le chef de l’état tient à une paix définitive à N’Zérékoré. Avant d’émettre le souhait  que les événements malheureux du 22 et 23 mars soient  les derniers dans l’histoire de cette ville.

Sur la question de savoir pourquoi ne pas laisser la justice faire son travail, puisque certaines personnes sont déjà inculpées par la justice,  il répond ‘’si cette mission était venue ici avant l’interpellation des personnes par la justice, on allait dire qu’on est en train d’influencer la justice, mais tel n’est pas le cas. Donc nous faisons un travail avec tous les acteurs pour voir ce qu’il faut réellement pour que N’Zérékoré connaisse une paix définitive. De là nous aurons à faire des propositions au président, après toutes les concertations et l’exécutif verra ce qu’il y a lieu de faire après cette décision de justice »,  dira Sékou Souapé.

« Nous avons vécu des choses horribles durant ces événements. Les gens étaient armés avec des machettes et des fusils. Le FNDC est le principal acteur des atrocités que nous avons vécues. Donc il faut que cela cesse. N’Zérékoré ne mérite pas tout ça…. », dira pour sa part le colonel Moussa Thiégboro Camara aussi présent à cette rencontre.

S’exprimant sur la question, Hélène Loua, présidente des femmes de l’Union kpèlè, précise « nous les avons écoutés avec un grand intérêt. Nous aussi nous allons leur parler le moment venu. Car c’est nous les femmes qui sommes toujours victimes dans ces violences à travers nos maris ou nos enfants.  Donc nous pensons que cette fois-ci la vérité sera dite et que par la suite N’Zérékoré retrouvera la paix définitive ».

A noter que depuis 1991, la capitale de la Guinée forestière est souvent en proie à des violences à caractère communautaire. Ce qui au fil des années a instauré un climat de peur et de méfiance généralisé dans la cité entre les communautés.

Pour rappel, cette réunion, a connu la présence de l’ex-ministre de la Santé Edouard Niankoye, du gouverneur de la région, du préfet et du maire ainsi que des femmes leaders des 22 quartiers de N’Zérékoré.

Certains observateurs se demandent comment parvenir à une paix définitive comme le clame la mission, quand on fait porter le chapeau des violences à une seule partie des belligérants.