OIM Guinée et le ministère de la Santé renforcent les capacités sanitaires des districts frontaliers grâce à un financement du gouvernement japonais

0
295

Conakry, le 16 avril 2021

COMMUNIQUÉ DE PRESSE :

Lancé officiellement le vendredi 16 avril 2021 par le Conseiller principal du Ministre de la Santé au nom de SEM le Médecin-Général Rémy LAMAH, Ministre de la Santé, et S.E. M. MATSUBARA Hideo, Ambassadeur du Japon en République de Guinée, le projet de « Renforcement des capacités sanitaires au niveau décentralisé dans les zones frontalières face à la COVID-19 et d’autres maladies à potentiel épidémique », vise à appuyer le Ministère de la Santé à travers l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS).

Le projet d’un montant de 751 618 US Dollar, financé grâce à un don du Peuple du Japon, est le fruit d’un partenariat entre le Ministère de la Santé, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), l’Institut National de Santé Publique (INSP), le Laboratoire de fièvres hémorragiques, l’Université de Nagasaki (Japon) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM).

« En tant qu’Agence du Système des Nations Unies en charge des Migrations, notre rôle est d’appuyer l’État guinéen pour renforcer les systèmes de surveillance le long des frontières et sur les principales voies de migration interne afin de prévenir la propagation de la pandémie de COVID-19, tout en assurant la liberté de mouvement des premiers répondants et la libre circulation des biens et des services essentiels. Pour ce faire, le Gouvernement du Japon est un partenaire de longue date de l’OIM. » Maximilian DIAZ, Chef de Mission de OIM Guinée par intérim.

Ce projet, d’une durée d’un an, sera exécuté dans quatre préfectures frontalières du pays à savoir Siguiri, Koundara, Lola et Forécariah. Il a pour objectifs de consolider les mécanismes de coordination aux niveaux préfectoral et transfrontalier pour une meilleure coordination des efforts de riposte, mais aussi de renforcer les capacités physiques et humaines de détection et de prise en charge des cas de COVID-19 au niveau des points d’entrée.

Un volet important de ce financement permettra de renforcer les capacités techniques et matérielles des laboratoires des préfectures frontalières ciblées pour le diagnostic des maladies à potentiel épidémique y compris la COVID-19. Ce partenariat public-universitaire associe les deux gouvernements, l’OIM et l’Université de Nagasaki, reconnue pour ses recherches épidémiologiques. En travaillant avec l’OIM, le Japon montre son engagement et sa détermination à soutenir les habitants des zones frontalières, qui sont les plus susceptibles d’être marginalisés.

« Le Japon a mis en œuvre divers projets de renforcement des systèmes de santé en Afrique à travers la TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique). La pandémie de Covid-19 est en train de montrer la valeur et l’efficacité de ces activités. En Guinée, le Japon finance également un projet de construction de l’Institut National de Santé Publique et un projet de l’UNICEF pour stopper la double épidémie de poliovirus et de rougeole. Le Japon continuera de contribuer à la réalisation de la couverture santé universelle» S.E.M. MATSUBARA Hideo, Ambassadeur du Japon en République de Guinée.

Ce financement vient en complément de l’appui déjà apporté par le Gouvernement Japonais à la Guinée, dans la mise en œuvre de son Plan national de riposte contre la COVID-19. Il constitue une contribution directe à l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable 3 : « Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge » et indirecte à l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable 17 : « Partenariats pour la réalisation des objectifs ».

« Si des progrès notables ont pu être réalisés dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, aujourd’hui le Ministère de la Santé doit franchir une autre étape, en développant les capacités opérationnelles durables au niveau décentralisé afin de répondre de façon locale et efficace à cette pandémie et à d’autres maladies à potentiel épidémique. » Dr Mohamed Lamine Yansané, Conseiller Principal du Ministre de la Santé, représentant son Excellence Monsieur le Ministre de la Santé.

À propos de l’OIM :

Fondée en 1951, l’OIM est la principale organisation intergouvernementale dans le domaine de la migration et travaille en étroite collaboration avec les partenaires gouvernementaux, intergouvernementaux et non-gouvernementaux.

L’Organisation œuvre dans des situations d’urgence, en développant la résilience de toutes les personnes en situation de déplacement, et en particulier celles en situation de vulnérabilité, ainsi qu’en renforçant les capacités des gouvernements à gérer toutes les formes et tous les impacts de la mobilité.

Pour plus d’informations, merci de contacter Lucas CHANDELLIER à l’OIM Guinée, Tél : 627273333, E-mail : lchandellier@iom.int