Opération « Conakry ville propre » : Moustapha Naïté sur le front dans les 5 communes de la capitale

janvier 26, 2019 2:54

La septième journée d’assainissement de la ville de Conakry s’est tenue ce samedi 26 janvier 2019. C’est le ministre des Travaux publics qui a procédé au lancement de cette opération, en présence de la mairesse de Kaloum, Aminata Touré et du directeur national de l’entretien routier, Saa Yolandé Camara.

Moustapha Naïté et sa suite se sont tout d’abord rendus au marché Niger pour superviser les travaux d’assainissement. Ils ont élargi leur tournée sur le débarcadère du port artisanal de Boulbinet. Puis, au carrefour Donka avant de rallier Dabondi, Yimbaya Permanence, Enta marché, Yattaya Fossidè, camp carrefour à Bantounka sur la route Le Prince avant de l’achever à Bambéto.

Au nom du président de la République et du Premier ministre, le ministre Naïté a remercié la population de Conakry pour ce qui est en train d’être fait dans le cadre de la participation citoyenne dans l’assainissement lors du dernier samedi de tous les mois.

« Nous sommes à notre septième journée d’assainissement. Au fur et à mesure, nous voyons que l’engouement et l’intérêt sont en train de prendre place dans les 5 communes de la capitale. Partout, nous voyons que les axes principaux commencent à être propres. Puisqu’il y a des citoyens qui sont engagés à rendre leurs communautés, leur environnement immédiat, propres », s’est-il félicité.

De l’avis de Moustapha Naïté, le samedi de l’assainissement n’est pas la solution définitive à l’équation d’insalubrité, plutôt un moment citoyen pour que les uns et les autres se retrouvent pour rendre leur environnement propre.

« J’ose croire, au fur et à mesure, que les mois avancent, les gens vont comprendre et s’engager davantage à faire en sorte que notre capitale soit propre et que chacun soit fier de dire je suis de Conakry, je suis Guinéen », a affiché le ministre avant d’annoncer de belles perspectives.

« La solution pérenne est en cours. L’opérateur privé qui doit être recruté par le canal de l’Agence Nationale d’Assainissement et de la Salubrité Publique (ANASP) fera de cela un travail professionnel pour que le transfèrement des déchets vers la décharge soit effectif. Mais aussi que les questions de sensibilisation dans les collectivités soient de mise pour que la pré-collecte soit assurée », a-t-il indiqué.

« Dans cette initiative, poursuit Moustapha Naïté, le gouvernement bénéficie de l’accompagnement de la Banque Islamique de Développement qui met à disposition des moyens pour l’acquisition des équipements et de l’Union européenne pour la réalisation de la nouvelle décharge qui va être à Kouria, dans la préfecture de Coyah. C’est un travail collectif. Il n’y a pas de substitution d’un ministère à un autre. C’est le travail de l’ANASP qui a pour tutelle le ministère de l’Administration du territoire ».

Dans cette opération, le ministère des Travaux publics met à disposition les camions pour faire non seulement l’enlèvement, mais aussi pour faire en sorte que les caniveaux qui jonchent les routes soient totalement curés et que ces produits curés soient transférés à la décharge, nous apprend-on