Opération ville morte: les activités restent toujours vivantes à Kankan

juillet 16, 2018 5:31
0

Décidément la région de Kankan n’est jusque-là pas prête à suivre le mouvement de protestation pacifique contre l’augmentation unilatérale du prix des hydrocarbures déclenché par les acteurs de la société civile et de l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG.

Pour ce lundi 16 juillet, le mot d’ordre reste ignoré à Kankan où toutes les activités, marchés, banques, les services publics et les gares routières…, tournent normalement comme d’habitude.

Interpellés par Guinéenews afin de comprendre  cette inaction des démembrements des plateformes de la société civile et de l’inter centrale syndicale CNTG-USTG élargie au SLECG version Aboubacar Soumah, les représentants locaux respectifs de ces entités mettent en avant, entre autres, le manque d’information officielle à partir de Conakry et surtout l’absence d’une synergie entre les différents acteurs sociaux.

«Nous écoutons les informations concernant ces mouvements de protestation contre l’augmentation du prix du carburant à la pompe comme tout le monde. Nos chefs ne nous ont adressé aucune correspondance à ce sujet »,  a indiqué Alphonse Yombouno du Conseil préfectoral des Organisations de la Société Civile (CNOSC) de Kankan. Toutefois, il se dit solidaire du combat que mènent ces collègues de Conakry et des autres villes du pays.

Quant au président de l’union locale des travailleurs de Guinée, Mory Sagno, il  soutient qu’ils observent le mot d’ordre tout en maintenant un service minimum dans les hôpitaux et Gares routières. Seulement cette affirmation est loin de la réalité du terrain.

Les responsables locaux de la Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD), du CNOSC, du SLECG et de l’Union des Travailleurs de Guinée promettent très bientôt d’entrer dans la danse à l’image de leurs collègues des autres villes guinéennes dont Conakry. En attendant, la ville de Kankan reste et demeure vivante ce lundi, 16 juillet.