voir Plus
    lundi, 12 avril 2021
    28 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    OPINION : Au-delà de l’accord de Paris, l’Inde renforce ses ambitions climatiques

    Par Harsh V. Shringla | Gouvernement Indien

    Jeudi, 21 janvier, 2021 09:56 GMT

    Le pays vise à devenir « un leader en matière de réflexion et d’action sur le climat », déclare son ministre des affaires étrangères

    Harsh V. Shringla est le ministre des Affaires étrangères de l’Inde.

    Cinq ans après l’accord de Paris, l’Inde fait partie des rares pays en développement qui non seulement atteignent leurs objectifs « verts », mais aspirent à des objectifs climatiques plus ambitieux.

    Lors du récent Sommet sur l’ambition climatique, le Premier ministre Narendra Modi a exposé l’approche indienne. Il a déclaré que nous devons viser « encore plus haut », même si nous ne perdons pas de vue le passé. Il a ajouté que l’Inde ne se contenterait pas d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris, mais qu’elle les dépasserait.

    Lors du sommet de l’ONU sur l’action climatique en 2019, M. Modi a déclaré qu’une once de pratique vaut plus qu’une tonne de sermon. Nous prenons des mesures concrètes dans tous les domaines, y compris dans le secteur de l’énergie, de l’industrie, des transports, de l’agriculture et de la protection des espaces verts, dans le cadre de notre voyage à travers toute la société, pour devenir un leader de l’action et de l’ambition climatique.

    L’Inde reconnaît que le changement climatique ne peut être combattu en vase clos. Il nécessite une approche intégrée, globale et holistique. Mais aussi de l’innovation et l’adoption de technologies nouvelles et durables. Consciente de ces impératifs, l’Inde a intégré le climat dans ses stratégies industrielles et de développement national.

    L’énergie est au centre de toutes les stratégies climatiques. Nous pensons que l’Inde est devenue une puissance de l’énergie propre et qu’elle est un leader dans la transition énergétique des sources productrices de dioxyde de carbone vers les énergies renouvelables et les sources de combustibles non fossiles.

    Nous avons l’intention de continuer à exploiter le potentiel de l’Inde en matière d’énergies renouvelables. Notre capacité de production d’énergie renouvelable est la quatrième plus importante au monde et l’expansion entreprise en la matière est également l’une des plus importantes au monde.

    La majeure partie de cette énergie proviendra de la source d’énergie la plus propre, le soleil.

    Nous constatons déjà des progrès. Nous nous étions initialement engagés à atteindre une capacité de 175 GW d’énergie renouvelable d’ici 2022. Nous sommes allés plus loin et nous prévoyons de passer à 220 GW dans les deux prochaines années. Nous avons un objectif encore plus ambitieux de 450 GW d’ici 2030.

    Nous nous efforçons de faire en sorte que 40 % de l’énergie électrique en Inde provienne de sources de combustibles non fossiles d’ici 2030. Cette poussée en faveur des énergies propres va de pair avec un effort parallèle, visant à réduire l’intensité des émissions de notre économie de 33 à 35 % (par rapport aux niveaux de 2005) d’ici 2030.

    – permet de réduire les émissions de CO2 de 38,5 millions de tonnes chaque année. Le programme Ujjwala, dans le cadre duquel plus de 80 millions de ménages ont eu accès à du gaz de cuisine propre, est l’une des plus grandes initiatives en matière d’énergie propre au monde.

    L’action climatique et le facteur de durabilité sont intégrés dans les programmes gouvernementaux dans de nombreux secteurs. Notre mission « Villes intelligentes » travaille avec 100 villes pour les aider à devenir plus durables et à s’adapter aux défis du changement climatique. Le programme national pour l’air pur vise à réduire la pollution atmosphérique (PM2, 5 et PM10) de 20 à 30 %, au cours des quatre prochaines années.

    La mission Jal Jeevan, qui vise à fournir de l’eau potable saine et adéquate à tous les ménages de l’Inde rurale d’ici 2024, grâce à des branchements individuels au robinet, est fortement axée sur la durabilité.

    Davantage d’arbres sont plantés et les terres dégradées sont récupérées pour créer un « puits » de carbone, pouvant absorber 2,5 à 3 milliards de tonnes de CO2.

    Nous travaillons également rapidement à la création d’un réseau de transport vert, afin de compenser un secteur connu pour ses émissions polluantes, notamment dans nos grandes villes.

    L’Inde construit des infrastructures de nouvelle génération telles que des systèmes de transport en commun, des autoroutes vertes et des voies navigables. Un plan national de mobilité électrique est en train de créer un écosystème de mobilité électronique, avec pour objectif de faire en sorte que plus de 30 % des véhicules circulant sur les routes indiennes soient électriques.

    Ces initiatives sont pour notre propre bien ; car, l’Inde figure parmi les pays les plus vulnérables aux conséquences du changement climatique.

    Nous reconnaissons qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais ces efforts portent déjà leurs fruits. L’intensité des émissions de l’Inde a diminué de 21 % sur la période 2005-2014. Au cours de la prochaine décennie, nous prévoyons des réductions encore plus importantes.

    L’Inde entend être un citoyen mondial responsable dans le domaine du climat. Nous n’allons pas seulement au-delà des engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris. Nous adoptons aussi des instruments innovants pour faire progresser la coopération internationale, en matière d’action climatique.

    Nous avons créé des organisations internationales telles que l’Alliance solaire internationale et la Coalition pour des infrastructures résistantes aux catastrophes, qui travaillent à la création de voies mondiales, à faible émission de carbone. Plus de 80 pays ont adhéré à l’Alliance solaire internationale, ce qui en fait l’un des organismes internationaux dont la croissance est la plus rapide.

    Cette combinaison d’action nationale et de citoyenneté internationale responsable rend l’Inde unique, parmi les pays en développement et la place sur la voie de la réalisation de ses ambitions, consistant à devenir un leader dans la réflexion et l’action sur le climat.

    Harsh Vardhan Shringla est le ministre des Affaires étrangères de l’Inde. Les opinions exprimées sont personnelles.

    Lire la version PDF de la même opinion en cliquant sur le lien suivant : CLIMATE AMBITIONS OF INDIA-converti

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE