Opposants dispersés à Boké : accusé par Ousmane Gaoual, le préfet donne sa langue au chat

0
718

La violente dispersion des manifestations de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) contre le double scrutin du 1er mars, ce jeudi à Boké ne seraient pas fortuites. C’est du moins l’avis du député Ousmane Gaoual qui pointe un doigt accusateur sur l’administration déconcentrée.

Le coordinateur par intérim de la cellule de communication de l’UFDG l’a dit au téléphone de Guinéenews, lors d’une conversation dans laquelle il met directement en cause le préfet de Boké.

« On est arrivé à Kolabounyi où on a trouvé un déploiement important d’agents de sécurité là-bas. On s’est rendu à la maison des jeunes et la police est arrivée sur les lieux et ont procédé à des tirs de bombes lacrymogènes pour disperser la foule », accuse-t-il.

Et déchaîner : « manifestement, c’est sur instructions du préfet Hassane Sanoussy qui aurait ordonné de disperser tous les groupements en dehors des mouvements du RPG dans la préfecture de Boké. »

Parlant de la manifestation de Boké, l’ancien député confie « qu’avant même notre arrivée on a appris que des gendarmes ont procédé à la dispersion de beaucoup de nos militants et sympathisants. »

Régime spécial pour la zone minière de Boké

Toujours au téléphone de votre quotidien électronique, M. Diallo déplore « le programme de Boké fortement perturbé par ce déploiement incroyable des forces de défense et de sécurité dans la préfecture et dans la région. » Ce qui à l’écouter, a son exploitation ou une explication du moins.

« Apparemment, suggère-t-il, la zone minière doit être protégée. Les intérêts mafieux doivent être préservés. » Et d’expliquer que c’est « le message que nous recevons ici parce que nous circulons et faisons des manifestations partout par ailleurs dans le pays sans qu’il y ait ce déferlement d’agents de sécurité alors les autorisations dûment données par les autorités habilitées à le faire »

Pour revenir au préfet Hassane Sanoussy, qui opte pour le silence, nous avons essayé de le joindre pour recouper l’information qui le met personnellement en cause. Mais nos appels et sms sont restés sans suite.