Kouroussa : des orpailleuses accusent des hommes en uniforme de viols et d’extorsion d’argent !

0
679

Au lendemain des violences qui ont opposé des jeunes orpailleurs aux forces de défense et de sécurité avec, à la clé, deux jeunes hommes abattus par balles, le calme est revenu à Kouroussa en début de semaine.

Profitant de cette accalmie, des orpailleuses de Kouroussa ont fait des révélations sur des violences subies sur fond d’extorsion d’argent dont elles auraient fait l’objet de la part des hommes en tenues, déployés sur le site minier de la société Kouroussa Gold Mining.

Fatoumata Traoré est une des leaders des orpailleuses à Kouroussa qui témoigne en ces termes :

« A chaque fois que nous partons pour chercher de quoi nourrir nos enfants à Kaworodô, les militaires nous obligent à payer de l’argent. Chaque femme paie vingt mille francs guinéens. Quelques fois, ils nous laissent travailler toute la journée. Mais pour la plupart du temps, après leur avoir payé les vingt mille, c’est un autre groupe de militaires qui arrive pour nous chasser des lieux. Dans la débandade qui se crée, certaines de nos camarades sont appréhendées à travers la brousse, puis violées par des hommes en tenues », témoigne-t-elle.

En outre, les femmes accusent, le colonel du camp militaire de Kouroussa qui selon elles, exploitait à son propre compte la zone minière en complicité avec des hommes déployés sous ses ordres  sur le site, via des orpailleurs Burkinabé.

Pour recouper les graves accusations des orpailleuses, la rédaction locale de Guinéenews à joint au téléphone le commandant du camp militaire de Kouroussa en la personne du Colonel Dioubaté. Mais la seule réponse qu’il a donnée c’est qu’il ne lui est pas permis de parler à la presse.

« Désolé mon frère, ma hiérarchie ne me permet pas de parler à la presse » a laissé entendre colonel Dioubaté au bout du fil.

Pour rappel, les violences du week-end dernier à Kouroussa ont fait en termes de bilan humain, 2 morts et 8 blessés par balles dont 7 graves actuellement en soin à l’hôpital régional de Kankan.

Amadou Timbo Barry, correspondant à Kankan