Où est passé le propriétaire du restaurant Le Damier ?  Le cri de détresse des employés

0
1046

Le propriétaire du Damier a-t-il fui la Guinée ? Pour les employés du très célèbre restaurant de Kaloum, la question ne se pose pas : leur patron a bien quitté le pays pour ne plus y revenir. Et ce ne sont pas les « preuves » qui leur manquent.  Vendredi 29 novembre, Abraham Bongono, cuisinier ainsi que trois autres de ses collègues ont reçu Guinéenews. Durant l’entretien, ils ont essayé de démontrer qu’André Chapron (le propriétaire du restaurant) a bien préparé ‘’son coup’’.

A en croire Abraham Bongono, les 32 employés du Damier ne sont pas payés depuis le 3 octobre dernier. Ce qui ne les a pas empêchés de continuer à travailler. Depuis qu’ils ont perdu de vue leur patron, ce sont eux qui essayent de maintenir le reste de la clientèle. « Avec le départ du patron, nous avons perdu beaucoup de clients. Il avait pris le soin d’informer les fidèles clients du restaurant de son départ », a confié un des employés. Puis de poursuivre : « on avait une commande de la société Orange qui devrait exécuter à partir de novembre. Quand cette commande a été annulée de façon inattendue, on a compris qu’il y avait problème. »

La commande de Orange annulée, le salaire d’octobre impayé, les travailleurs ont décidé courant novembre d’aller chercher leur patron à son domicile, sis à la Résidence 2000. « Quand nous sommes arrivés-là, nous avons trouvé des gens en train d’enlever les fauteuils du salon. Quand on a demandé, on nous a dit que celui qui occupait la maison est parti et a vendu ses fauteuils », nous a expliqués un autre employé lors de notre entretien.

C’est suite à ce constat que les employés ont décidé de saisir le Tribunal du travail. Pendant ce temps, ils ont décidé de maintenir Le Damier sous perfusion en assurant un service minimum pour le peu de clientèle qui continue encore de fréquenter les lieux. Mais cela ne se fait pas sans difficulté. Le personnel se plaint d’être sous la pression des fournisseurs qui réclament le règlement des factures impayées par celui qu’il considère comme leur ancien patron. A titre d’exemple, ils disent devoir 135 millions francs guinéens à EDG.

Face aux dépenses, le personnel invite l’Etat à s’intéresser au restaurant. C’est ainsi qu’ils ont donc informé le ministère en charge de l’Hôtellerie. De temps à autre, l’inspecteur passe constater l’évolution de la situation au Damier.

André Chapron est-il vraiment parti pour de bon ? Qu’est-ce qui motiverait son départ ? Nous avons décidé de joindre le Français. D’abord au téléphone, puis via un email et un message whatsapp. André Chapron n’a jamais répondu à nos messages. Du moins jusqu’au moment où nous mettions en ligne cet article.

Une annonce lue dans le numéro 342 du 30 septembre 2019 du journal d’annonce légale ‘’Annonce de Guinée’’ indique que le départ d’André Chapron a été précédé par une décision de dissolution de la Société Guinéenne de Pâtisserie « SOGUIPAT » qui gère Le Damier. L’annonce précise que le 24 septembre 2019, les associés de SOGUIPAT – au capital de 10 millions GNF – se sont réunis suite à une convocation du gérant (André Chapron) pour décider de la poursuite ou non des activités de la société. Et l’assemblée générale, « constatant que les états financiers au 31 décembre 2018 précédemment approuvés font apparaître des capitaux propres inférieurs à la moitié du capital social », a décidé de prononcer la dissolution anticipée de la société. André Chapron a été désigné comme liquidateur à l’effet de procéder aux formalités de dissolution et de liquidation.

KPC, un potentiel repreneur du Damier ?

Chapron aurait finalement informé certains employés de la dissolution de SOGUIPAT. Mais il aurait aussi dit qu’il ne partirait pas de la Guinée sans avoir réglé les salaires et les indemnités de séparation avec les travailleurs. Sauf que c’est le contraire qui semble s’être produit.

Pendant l’entretien avec Guinéenews, les représentants du personnel n’ont pas manqué de remercier l’homme d’affaires Kerfala Person Camara (KPC) – PDG de Guicopres –  qui serait celui qui leur a permis de tenir le restaurant depuis le départ d’André Chapron. Sauf que l’homme d’affaires ne s’est pas encore prononcé pour la reprise.