Ourekaba – Mamou : l’exécutif communal installé, 5 conseillers du RPG séquestrés – Un ministre accusé

février 11, 2019 11:02
Après plusieurs reports, l’installation de l’exécutif communal de Ourekaba, située à 65 kilomètres de Mamou a finalement eu lieu ce lundi 11 février 2019 sous une haute surveillance sécuritaire. Elhadj Ousmane Barry du RPG, arrivé en parité de voix (11 partout) avec le candidat de l’UFDG, a remporté le poste de maire grâce à son âge a-t-on constaté sur place.
Le processus ne s’est pas déroulé comme il fallait car cinq conseillers du RPG, dont deux qui aspiraient au poste de maire, ont été empêchés de voter et ont été remplacés par des citoyens qui ont voté à leur place. Les 5 conseillers du RPG (Fodé Alseny Savané, Aly Mansaré, Fodé Lamine Mansaré, Seny Linké Mansaré, Maire Lamine Yomaya Limba) qui sont aussi des présidents de districts de Ourekaba ont été isolés dans une pièce du crédit rural sous l’œil vigilant des agents de la sécurité. L’UFDG a été empêchée aussi de voter par procuration pour sa conseillère absente.
Fodé Alseny Savané l’un des conseillers empêchés de voter précise : « C’est depuis hier dimanche chez le préfet de Mamou qu’on nous a pris en otage parce qu’on souhaite être maire de Ourekaba. Le ministre Bantama a crié sur nous et nous a abandonné dans les mains des policiers qui nous ont libéré aux environs de 16h pour rentrer à Ourekaba. Ce matin, à 7h, ils nous ont séquestré dans les locaux du crédit rural jusqu’à la fin du processus où les agents ont retiré nos téléphones et empêché de tout mouvement même aller aux toilettes. Les gens qui nous ont remplacé ne figurent pas sur la liste des conseillers du RPG. »
Elhadj Mamadou Aliou Sow, le candidat malheureux de l’UFDG ne digère pas sa colère. « Je suis très déçu de la manière dont le processus s’est déroulé. Je vous donne les noms de ceux qui n’ont pas été élus et qui ont voté à la place des cinq conseillers séquestrés : Saikou Bantamaya, Elhadj Abdoulaye Gninabè, Sanoussy Barry, Fodé Sadjo et une personne dont j’ignore le nom. Le superviseur nous a empêché de voter par procuration pour notre conseillère Mariama Bah absente. Dans la salle, une forte pression pesait sur moi. Les policiers à côté de moi m’empêchaient même de me retourner », fustige-t-il.
Quant au nouveau maire Elhadj Ousmane Barry, il est rassurant. « Nous avons fait 16 assises avec nos conseillers pour les faire comprendre de rester dans l’esprit du parti, ils ont refusé. Nous sommes allés à Conakry où ils ont été suppliés. Le ministre est venu ici, il les a suppliés mais ils sont restés sur leur décision de se présenter. S’ils veulent qu’ils votent pour moi, s’ils veulent qu’ils laissent. De toutes les façons, les gens vont voter pour moi. C’est le comité directeur du parti qui décide qui doit se présenter, c’est tout », indique t-il.
C’est dans cette situation que l’installation de l’exécutif communal de Ourekaba s’est déroulée. Le poste du premier vice-maire est revenu à Baba Cissé candidat de l’UFDG. Le deuxième vice-maire, c’est Alkaly Koma de l’UPR et le troisième vice-maire est Sadio Mansaré de la liste indépendante Benkan.