PA sur la route et insalubrité à Conakry : Sidya se paie la tête de Kassory

décembre 13, 2018 3:27

Cela fait plus d’un mois que le gouvernement a installé des Points d’Appui (PA) sur plusieurs endroits de la route Le Prince, de Hamdallaye jusqu’à Kagbélén en passant par Cosa, Wanindara et Sonfonia.

Ces PA, selon le gouvernement, servent à assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens mais aussi pour faire baisser les tensions dans ces zones réputées chaudes de la capitale guinéenne.

A l’occasion de la conférence de presse qu’il a animée ce mercredi 12 décembre après sa démission du poste de Haut Représentant du chef de l’Etat, Sidya Touré s’est largement exprimé sur ce sujet relatif à ces PA. Selon l’ancien Premier ministre, la mise en place de ces forces armées sur la route Le Prince ne peut en rien résoudre le problème politique qui existe entre le pouvoir et l’opposition. Face à cette situation, il prône la reprise du dialogue pour une solution de sortie de crise.

« Les PA, on avait dit que c’était pour une période. Comme le disait Napoléon, on peut tout faire avec les baïonnettes sauf s’asseoir dessus.  Donc, les PA donnent l’impression qu’on est dans un pays qui est complètement sous contrôle militaire. Ce n’est pas une bonne chose. Si à un moment donné, on a voulu calmer quelques choses avec leur installation cela ne doit pas être permanent. Il doit être largement temporaire pour que nous revenions à une situation de concertation. Parce qu’il faut qu’on se mette d’accord avec ceux qui sont opposés à nos idéologies pour qu’on puisse bâtir la Guinée. Le fait d’installer les PA ne résout rien. Le respect des engagements, le dialogue font partie de ce que nous devons faire pour aller de l’avant. Certes les PA ont permis de calmer un problème, mais il faut réfléchir à une solution alternative qui ne consiste pas à avoir les militaires partout dans les quartiers. Cela ne sert à rien», a fait savoir le président de l’UFR.

Par ailleurs, parlant de la question de l’insalubrité, Sidya Touré a reconnu qu’elle reste encore une équation difficile à résoudre pour le gouvernement de Kassory Fofana. Malgré les efforts fournis dans ce cadre, la ville de Conakry est encore sale. D’ailleurs, il y’a quelques jours, l’armée a été mise à contribution pour aider à nettoyer les communes de Ratoma et de Matoto. Pour l’ancien Haut Représentant du chef de l’Etat, cette politique est un échec ridicule.

« Le fait de déployer l’armée pour nettoyer la ville est une plaisanterie. Il faut se dire la vérité… Le problème d’insalubrité à Conakry fait partie des sujets auxquels aucun d’entre nous ne sent à l’aise quand on a un ami qui vient pour la première fois visiter la Guinée. Le ramassage des ordures, c’est possible. Il y’a une société quand j’évoque cela, on nous fait revenir en arrière pourtant on l’a fait en 1996. Dans tous les pays du monde on ramasse les ordures. Mais, pourquoi en Guinée cela devient totalement  impossible», s’interroge Sidya Touré avant d’ajouter: «ce n’est pas en mettant les gens dans la rue une fois par mois pendant 5 heures, qui va rendre la ville propre. C’est une plaisanterie. Donc, j’estime qu’il faut mettre des gens pour le faire en sorte que les résultats soient trouvés. Si vous estimez que les Guinéens ne sont pas à la hauteur, il faut aller chercher d’autres personnes qui pourront le faire. C’est aussi simple que cela. Mais il est inadmissible que notre ville soit dans cet état d’insalubrité.  Ce n’est même plus un problème politique, c’est devenu un problème de société. Bref, un problème de gouvernance », fustige le président de l’union des forces républicaine.