PADES: Dr Ousmane Kaba regagne enfin Conakry

0
819

Bloqué à Kourémali, à la frontière guinéo-malienne, le leader du PADES et candidat à l’élection présidentielle du 18 octobre, Dr Ousmane Kaba a finalement regagné Conakry ce jeudi  27 août. Devant la presse, l’opposant est revenu sur les circonstances de son blocage à la frontière et annonce le dépôt dans les jours à venir de sa candidature.

S’exprimant sur son séjour à Bamako, le président du Parti des démocrates pour l’espoir (PADES- a déploré l’attitude et le zèle d’un fonctionnaire (à Kourémalé, ndlr) qui a voulu  se faire remarquer.

Il explique : « j’étais allé à Siguiri pour prendre part aux obsèques de mon grand-frère et ami l’honorable Mamadou Diawara. Nous avons prié le Bon Dieu pour le repos éternel de son âme. Lorsque je suis allé, je suis passé par Bamako à cause de l’état vétuste du réseau routier guinéen que tout le monde connait. Après les funérailles, je suis allé à Kankan. 48 heures après, je me suis retourné à Bamako pour reprendre mon avion. Mais très malheureusement, il y a eu le coup d’Etat contre le président Ibrahima Boubacar Keita. Par conséquent, l’aéroport de Bamako a été fermé.

C’est pourquoi, j’ai décidé de me retourner en Guinée par la route. Entre temps, la CEDEAO s’était réunie pour décréter un embargo sur le Mali. Le chef gendarme qui y était, peut-être qu’il n’a pas fait les cours de droit à l’université, a considéré que l’embargo sur le Mali, est un embargo sur les ressortissants guinéens (rire).  Nous étions obligés de retourner à Bamako.

Ma voiture a été expulsée puis qu’elle m’attendait à la frontière. Je pense qu’il s’agit du zèle d’un fonctionnaire qui voulait se faire remarquer. Mais nous en avons profité pour passer quelques jours de repos. Je remercie tous les militants, les partisans et sympathisants du PADES pour leur mobilisation. Un merci particulier aux ressortissants de Siguiri  et de Kankan. Les deux préfectures se sont mobilisées, c’est une des raisons que j’ai gardé le silence pendant un certain temps à Bamako pour ne pas que cela se transforme en violence à la frontière.

Aujourd’hui, les Guinéens sont tellement frustrés et toutes les occasions sont bonnes pour en découdre avec les autorités. Il y avait beaucoup d’appels à la violence. J’ai décidé à ne pas me prêter à ce jeu en restant à Bamako pour quelques jours, aller à Dakar avant de revenir à Conakry par avion».

Aujourd’hui, a déclaré le président du PADES, il est question de confectionner des dossiers de candidature pour l’élection du 18 octobre 2020.

«La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a déjà transmis les documents qu’il faut et nous allons tout mettre en œuvre  pour les regrouper et les déposer. J’appelle tout le monde pour qu’on ne laisse pas un vide politique. Qu’on se bat comme d’autres pays pour changer la donne. Le PADES ne vient pas à l’élection présidentielle pour accompagner qui que ce soit. Nous allons pour battre le président de la République dans les urnes et pacifiquement. Que le président Alpha Condé soit candidat ou non, le PADES est candidat. Que l’opposition soit présente ou pas, le PADES ira. C’est la volonté même des militants du parti», a-t-il laissé entendre.