Paiements en ligne : les Guinéens préfèrent les mobiles

0
105
Les paiements en ligne sont en forte augmentation sur le continent africain.

Par Mohamed_Hassan, CC0

L’avènement de la révolution internet au début des années 2000 a marqué un tournant dans l’histoire des transactions financières. De nouveaux modes de paiement en ligne sont apparus, entraînant des conséquences importantes pour l’économie. Des gains de temps et une dynamisation des échanges monétaires sont nés de l’accélération des mouvements de fonds permis par la technologie internet. Pour le consommateur, c’est avant tout un avantage pratique. Plus besoin de se rendre au guichet de sa banque pour envoyer de l’argent à un tiers puisque ces opérations peuvent être désormais faites depuis un ordinateur ou un téléphone mobile connecté à internet et ceci 24 heures sur 24. Mais où vont vraiment les préférences des Guinéens en matière de paiements en ligne ?

L’argent liquide reste prépondérant
L’Afrique est un continent immense et très hétérogène en matière de comportements. Cependant, s’il y a un point commun que les Guinéens partagent avec une grande majorité d’autres pays africains, c’est bien leur appétence pour l’argent liquide ! Le cash est encore bien ancré dans les moeurs et demeure, de loin, le moyen le plus utilisé pour effectuer ses paiements. Ceci est vrai, que l’on aille faire ses courses sur le marché local ou bien encore lorsqu’on effectue un achat sur internet. Dans ce dernier cas, le règlement se fait encore très souvent comptant, lors de la réception de l’article.

Outre ces facteurs traditionnels, la persistance de l’argent liquide est aussi due au fait que la toile internet n’a pas encore totalement envahi l’Afrique comme c’est le cas dans d’autres régions du monde. Un rapport de la Banque Mondiale en 2017 indiquait que seulement 18% des Guinéens avaient accès au net contre 23% en moyenne sur le continent, avec de grandes disparités entre pays. Voici qui explique pourquoi les paiements via internet avaient jusqu’ici tardé à prendre leur essor.

Le boom des paiements mobiles

Toutefois, la couverture internet progresse à grand pas, tout comme la téléphonie mobile. Aujourd’hui, presque les deux tiers des foyers connectés en Afrique le sont via un smartphone, ce qui a naturellement boosté les paiements via mobiles qui ont maintenant le vent en poupe. En effet, hormis dans les pays du Maghreb, les cartes bancaires sont globalement peu utilisées en Afrique. Les comptes bancaires y sont finalement assez rares et les Guinéens par exemple préfèrent de loin payer depuis leurs téléphones, ce qui est plus pratique pour les besoins de la vie quotidienne. On sait par exemple que les virements d’argent à la famille et aux amis peuvent représenter dans certains cas jusqu’à 50% du budget mensuel d’un Guinéen. Que celui ci se trouve à Conakry ou bien dans la diaspora installée à l’étranger. De même, au Nigeria, près de 6% du PIB proviendrait de transferts de fonds depuis le nord, bien souvent effectués via des smartphones.

Les paiements via mobile ont les faveurs des Guinéens.

Par Radu Mihai, CC0

Légende : Les paiements via mobile ont les faveurs des Guinéens.

De multiples usages

On comprend donc pourquoi les portefeuilles électroniques ainsi que les cartes prépayées pour téléphones mobiles sont depuis quelques années très appréciés de nombreux Guinéens. Faciles d’usage, ils permettent à leurs utilisateurs en quelques clics seulement, d’envoyer de l’argent à l’autre bout de la planète en une vitesse record. Dépôts, transferts, retraits s’effectuent ainsi quasi-instantanément depuis votre smartphone. Ces méthodes de paiement virtuelles ont déjà fait leurs preuves en Europe où elles sont appréciées dans des secteurs aussi variés que l’e-commerce, les jeux en ligne, ou encore les services financiers. L’efficacité et la fiabilité de leurs transactions sécurisées rendent peu à peu obsolètes les méthodes bancaires traditionnelles moins rapides et flexibles.

Un marché en devenir

Le marché de l’argent digital en Guinée et en Afrique a un fort potentiel de croissancequi attise tout naturellement l’appétit de grands groupes. Le dernier venu étant Paypal qui, via sa filiale Xoom qu’il a racheté en 2015, est déjà présent dans 33 pays africains. Le géant américain des services bancaires en ligne souhaite, entre autres, se positionner sur le segment des transferts d’argent intracontinentaux. Un marché estimé, rien que pour l’Afrique subsaharienne, à 46 milliards de dollars. Mais la bataille sera rude car des acteurs locaux tels Orange Guinée, dont l’internet 4G est largement déployé dans le pays, ne sont pas en reste pour séduire la jeune clientèle Guinéenne en matière de solutions de paiement en ligne.