Papa Koly : «dans trois mois nous aurons 20 mille poubelles pour débarrasser Conakry des ordures »

0
411

Le ministre de l’Assainissement et de l’Hydraulique est passé ce matin sur les antennes de la Radio Espace pour rassurer les populations de Conakry sur le ramassage des immondices d’ordures qui trainent ici et là dans les quartiers. Papa Koly Kourouma a profité du micro de nos confrères pour dérouler son programme d’assainissement et les méthodes à utiliser pour débarrasser la ville de Conakry de ses ordures.

Alors interrogé sur l’état des lieux, le ministre de l’Assainissement soutient que le constat est alarmant sur le terrain voire même catastrophique. « Après ma prise de fonction, mon équipe et moi avions fait le tour des communes. Mais je vous apprends que le constat est amer. Nous avions compté 43 tas d’immondices soit 300.000m3 de déchets. Tout ceci par manque d’une politique claire dans le processus de gestion des ordures. Je parle de la chaine de gestion qui part de la pré-collecte, du regroupement des ordures et du transport des déchets… C’est vrai, des efforts ont été menés avant mon arrivée. PDU2 avait aménagé en son temps 70 points de regroupement d’ordures avec des PME actives. Mais hélas ! Aujourd’hui on en n’a pas plus de 6. Les citoyens ont occupé ces espaces. Ces occupations anarchiques ont fait disparaitre ces points aménagés et les PME, embarrassées, ne savent plus où déposer les ordures. D’où l’existence des dépôts sauvages ici et là dans les quartiers. »

Qu’est-ce-qui est désormais préconisé pour mettre de l’ordre et rendre la ville de Conakry propre ?

A cette question, Papa Koly a égrené son programme: «nous allons dans un premier temps remettre les maillons de la chaine de gestion en mettant en place les points de regroupement d’ordures et y déposer des conteneurs, assurer la pré-collecte avec deux entreprises sélectionnées suite à un avis d’appel d’offres. Transformer la décharge de Concasseur (Dar-Es-Salam) en un centre technique d’affaissement. C’est vrai, il est prévu de déplacer cette décharge vers Coyah. Mais en attendant, on va mettre en place ce centre. Vous savez, le déménagement  se fait progressivement et étape par étape.»

Qu’en est-il avec la campagne d’assainissement entreprise par le Premier ministre depuis le début d’année ?

Pour le ministre de l’Assainissement et d’Hydraulique, cette campagne est une bonne initiative. Seulement elle n’est pas suivie par les populations qui ne se sentent pas concernées. « Je ne peux pas dire que c’est un échec. C’est une bonne chose si les populations avaient compris et suivi… Les gens continuent toujours à remplir les caniveaux. Lorsque nous nous sommes rendus sur le terrain avec le Premier ministre, nous avions fait le tour. Nous lui avions montré les montagnes d’immondices et les caniveaux bouchés. Tout le monde ne suit pas la campagne. Les populations ne se sentent pas concernées. Voilà pourquoi nous sommes entrain d’évaluer la situation. Nous allons associer les jeunes et les femmes pour assainir leur environnement. Nous allons mettre en place une police de salubrité et faire intervenir les élus locaux. Vous savez chez nous, on ne pérennise pas les bonnes initiatives. L’assainissement a connu de gros financements de la Banque Mondiale au cours des années 90. Mais aujourd’hui, tous les camions bennes de la défunte PDU3 sont en panne… Face à toutes ces réalités, le gouvernement a pris actuellement la situation à bras le corps. Nous allons impliquer les chefs de quartier, leur offrir des pelles, des brouettes, des poubelles. Je vous apprends aussi que nous allons avoir 20 mille poubelles dans trois mois. Je vous inviterai en septembre à la cérémonie de remise», a annoncé le ministre Papa Koly.

En ce qui concerne la société Albayrak qui évolue dans la commune de Kaloum depuis un certain temps, le ministre apprend aux journalistes que cette société turque est en essai. Comme quoi, aucun contrat n’est encore signé entre l’Etat guinéen et elle.