Parlement : le groupe parlementaire Alliance républicaine dénonce la hausse du budget de la Présidence

septembre 5, 2019 6:05

La loi de finances rectificative 2019 a été votée par les députés, mercredi 4 septembre, par 40 voix sur les 63 députés présents à la plénière. Si les libéraux-démocrates ont accordé un vote négatif, les républicains ont opté pour l’abstention.

Pour justifier leur abstention, le député Mohamed Aly Doumbouya, Secrétaire général au processus électoral de l’Union des Forces Républicaines (UFR), a expliqué qu’à la lumière des travaux, les députés du groupe parlementaire Alliance républicaine ont constaté dans le budget: l’augmentation non justifiée du budget de la Présidence de la République à hauteur de 114 203 323 000 GNF, l’allocation d’une ligne budgétaire à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) pour la tenue des élections législatives, la contre-performance au niveau des dépenses d’investissement au niveau de certains départements ministériels.

Parlant de l’impact de ce constat, le député de l’UFR a fait cas, entre autres, du réseau routier complètement dégradé, le manque de logements sociaux, la faiblesse du pouvoir d’achats, le manque de visibilité dans l’aménagement des villes et dans le ramassage des ordures.

En dépit des constats susmentionnés, les républicains ont pris acte du rapport présenté par le rapporteur général de la Commission économie finances de l’assemblée nationale avant d’opter de s’abstenir de voter le volet dépenses et le budget dans sa globalité.