Parlement : le ministre Naïté fait l’autopsie du réseau routier national

0
405

Le ministre des Travaux Publics, Moustapha Naïté, a présenté ce mercredi 5 décembre à l’Assemblée nationale, la situation actuelle du réseau routier national. Il a ensuite annoncé un montant de plus de 302 millions de dollars nécessaires pour effectuer les travaux d’urgence sur les ouvrages de franchissement en état critique existants sur les Routes nationales .

«Le réseau routier guinéen couvre environ 45.301km, toutes routes confondues. Sur l’ensemble de ce réseau, le pays dispose de nombreux ouvrages de franchissement répartis comme suit : 1946 ponts en béton armé, 39 ponts métalliques, 31 ponts provisoires, 23 ponts bacs et 12 ponts en bois. De l’inventaire réalisé par la Banque de données routières (BDR), nous avons inventorié sur les 8 tronçons de Routes nationales (RN) revêtues, 155 ponts dont 103 grands ponts (longueur supérieure ou égale à 20m) pour une longueur totale de 6.843 mètres linéaires et sur les 13 tronçons de Routes nationales en terre, 173 ponts inventoriés au total dont 64 grands ponts (longueur supérieure ou égale à 20m) pour une longueur totale de 3.122 mètres linéaires », a-t-il expliqué.

Moustapha Naïté a ensuite rappelé la nécessité de mettre des fonds à disposition afin d’éviter à la Guinée ce qu’elle a vécu lors de la saison des pluies dernière. «J’ai souhaité mettre l’accent sur ces précisions et détails pour attirer votre attention sur l’état de nos ouvrages de franchissement. Car de nombreux ouvrages se sont déjà effondrés et tous les jours, surtout durant la saison des pluies, nous recevons des alertes des populations provenant de l’ensemble du territoire, sur des ponts en souffrance. Nous avons encore en mémoire, l’impact politique, social et économique de l’effondrement du pont de Linsan, de Kérouané, de Kassonyah etc. et les souffrances des usagers et des populations riveraines», a-t-il fait savoir.

Selon le ministre des TP, pour corriger toutes ces situations critiques, un plan d’urgence a été mis en place dont le coût tourne autour de 302 millions de dollars américains. «En réponse, le gouvernement, à travers le ministère des Travaux Publics, a mis en place un plan d’urgence d’entretien, de rénovation et de réfection de l’ensemble des ouvrages de franchissement en état critique existants sur les Routes nationales. Au total, il faudra un financement global de trois cent deux millions soixante-dix-neuf mille deux cents (302.079.200 USD) dollars», a interpellé le ministre des TP.

A Conakry comme dans les villes de l’intérieur du pays, les routes sont agressées par les citoyens. Si ce ne sont pas des tranchées, ce sont des garages, des gargotes qui sont faits sur ces routes. Pourtant, il y a une loi sur la protection du patrimoine routier votée depuis 2017. Mais n’étant pas vulgarisée, cette loi n’est pas appliquée sur le terrain.

C’est pourquoi le ministre des Travaux Publics a demandé l’implication des députés dans la vulgarisation de ladite loi.  «Pour finir, j’aimerais insister sur un point extrêmement important. C’est celui de la vulgarisation de la loi 074 et la sensibilisation des populations en matière de conservation et protection du patrimoine routier et demande également votre implication dans vos circonscriptions respectives», a enfin lance le ministre Moustapha Naïté.