Parlement :  Le volet recettes du budget national chute de 342,00 milliards GNF

0
340

Les débutés ont adopté, ce 18 novembre 2020, le volet recettes de la Loi de finance rectificative 2020. La pandémie de Covid-19 qui secoue le pays depuis le 12 mars 2020 a obligé le gouvernement à renoncer à beaucoup d’avantages notamment aux recettes fiscales (-10,81%).

Selon les prévisions, à la date du 30 juin dernier, les régies financières devraient mobiliser 20.581,58 milliards GNF. Malheureusement, elles n’ont pu percevoir que 7.493,93 milliards GNF, soit seulement une réalisation de 36,41%.

Le rapporteur général de l’Assemblée nationale, Aboubacar Adama Sylla, indique que les projections budgétaires révisées, tant au niveau des recettes, des dépenses ainsi que le financement du solde, sont bâties sur un taux de croissance économique de 5,2% du PIB contre 6,3% dans la LFI ; un taux d’inflation moyen de 9,7% contre 8,3% en LFI ; un taux de pression fiscale de 12,70% contre 13,50% en LFI.

« Pour une prévision initiale de GNF 21 706,20 Mds, les recettes révisées sont estimées à GNF 21 364,10 Mds, soit une diminution de 342,00 Mds (-1,58%) », a-t-il ajouté.

Lors de la Loi de finances initiale 2020, il était prévu la mobilisation de 19 187,10 milliards de recettes fiscales. Mais avec cette rectification, il n’y en aura que 17 113,80 milliards GNF, soit une réduction de 2 073,30 milliards GNF (-10,81%).

Quant aux dons, legs et fonds de concours, ils ont augmenté de plus de 113%.  Ils passent de 1 410,00 milliards GNF (Loi de finances initiale 2020) à 3 011,90 milliards GNF (Loi de finances rectificatives 2020), soit 113,60%.

Les autres recettes ont connu aussi une légère augmentation. Contre une prévision de 567,70 milliards GNF, elles devront atteindre 574,20 milliards GNF, soit une augmentation de 6,50 milliards GNF (1,14%).

Quant au budget d’affectation spéciale (BAS), il a augmenté de 22,70%. Il passe de 541,40 milliards GNF à 664,30 milliards GNF, soit une hausse de 122,90 milliards GNF.