Parlement :  pour des primes impayées, les députés de l’opposition perturbent la clôture de la session budgétaire

0
493
Assemblée, députés de l'opposition réclamant leurs primes

Du véritable tohu-bohu ce mardi matin à l’Assemblée nationale. Des députés de l’opposition qui réclament leurs primes de carburant et autres avantages, ont perturbé la cérémonie de clôture de la session budgétaire de l’Assemblée nationale.

Mamadou Cellou Baldé, député UFDG de Labé

Mamadou Cellou Diallo, député uninominal de Labé, a expliqué les raisons de cette perturbation : « le président de l’Assemblée nationale a décidé de bloquer les primes de carburant et de logements des députés, qui n’ont rien à voir avec les primes de session. C’est pourquoi nous revendiquons. C’est pour que la loi soit respectée. »

Selon ce député du groupe parlementaire libéral démocrate, c’est le règlement intérieur qui leur donne ce droit de percevoir ces avantages : « Ils ne peuvent pas violer le règlement intérieur. Regardez le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Un député n’est spolié de ses avantages que quand il est absent à deux sessions consécutives de l’Assemblée nationale pendant une année. »

Assemblée, députés de l’opposition réclamant leurs primes

Plus loin, il soutient que le président du Parlement ne peut pas les priver de leurs droits :  » nous venons faire comprendre à Kory Kondiano qu’il ne peut pas continuer à voler l’argent de l’Assemblée nationale. »

Assemblée, Diplomates assistant à la clôture de la session budgétaire

Kory Kondiano a suspendu la plénière en attendant de régler la situation qui n’honore pas l’institution d’autant plus que de nombreux diplomates étaient présents dans l’hémicycle. Il a d’ailleurs prié ces derniers de libérer l’enceinte de l’hémicycle juste le temps de ramener l’ordre.

Pour rappel, les députés du groupe parlementaire libéral démocrate et certains de l’Alliance républicaine ont suspendu ces derniers leurs activités au parlement. Peu après, les députés de la majorité présidentielle ont aussi suspendu toutes activités à l’Assemblée pour aller sensibiliser les citoyens sur le recensement électoral.