Partenariat Public-Privé : la GIZ et la SOBRAGUI signent une convention pour prévenir la propagation de la Covid-19

0
489

La GIZ à travers la Coopération allemande et la Société de Brasserie de Guinée (SOBRAGUI) ont signé ce mardi 7 juillet une convention de partenariat pour prévenir la propagation de la pandémie Covid-19 à l’usine de SOBRAGUI SA et dans les communautés environnantes, a-t-on constaté sur place

Le projet est estimé à environ 345 000 euros financés à hauteur de 145 000 euros par la SOBRAGUI et 200 000 euros par la Coopération allemande à travers la GIZ, sur une durée de 2 ans (2020-2021).

Au cours de l’exécution dudit projet, la SOBRAGUI aura la charge de la production du désinfectant et de toutes les activités de communication sur le projet et sur la Covid-19 dans les communautés environnantes.

Quant à la GIZ, elle a en charge toutes les activités de formation, d’achat et de distribution d’intrants et de kits de protection contre la Covid-19 dans le cadre du projet.

En ce qui concerne le ministère de la Santé et l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS), ils sont membres des comités de pilotage et technique du projet. Ils sont également les références pour toutes les questions de santé dans la mise en œuvre du projet.

Dans son discours de bienvenue, le Directeur général de la SOBRAGUI, Guy Lecloux  a rappelé que la Covid-19 est une pandémie mondiale qui affecte tout le monde entier. «La SOBRAGUI souffre de plus avec la fermeture des bars et les lieux de détentes. Depuis le début de cette pandémie, nous avons perdu 40% du volume de ce qu’on faisait par rapport au début de l’année. Mais nous sommes assez fiers de pouvoir dire que non seulement nous n’avons licencié personne mais aussi, nous n’avons fait de chômage technique à personne», s’est-il réjoui.

Dans le même sillage, M. Guy Lecloux  a laissé entendre que depuis le début de la maladie, son usine a appliqué à la lettre les mesures barrières. C’est pourquoi jusqu’à présent, a-t-il dit, ils n’ont eu aucun cas avéré de Covid-19 au sein de leur entreprise. «Etant une société citoyenne, nous faisons des efforts pour supporter les collectivités. Nous avons mis à la disposition de la commune de Matam et ses environnants, des kits de mille litre d’eau chlorée que nous rééchelonnons chaque fois qu’ils sont vides», a-t-il indiqué.

Poursuivant, il a affirmé que la GIZ a une expertise dans le domaine de la santé qui n’est pas le cas de son entreprise. «Nous sommes très heureux de signer cette convention. Il  y a la formation de notre personnel sur les gestes barrières mais également toutes leurs familles. La GIZ va nous apporter la formation spécifique de notre personnel infirmier. Il y a également le support financier réel qui consiste à l’achat de matériaux de protection, l’achat des matières premières pour fabriquer notre gel selon les normes l’OMS et celle locale. L’autre point où nous allons intervenir, c’est la sensibilisation et la communication de masse. Nous allons utiliser tous les moyens possibles (médias et réseaux sociaux)», a-t-il expliqué.

Très heureux, le maire de commune de Matam, Seydouba Sacko s’est engagé à soutenir toutes les bonnes initiatives de la SOBRAGUI compte tenu  de son immense effort d’accompagnement au Conseil communal de Matam dans l’exécution de son programme de développement.

Prenant la parole, le Directeur général adjoint de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS), Bouna Yattassaye, a déclaré que son agence s’associe à ce projet car en cette période de pandémie, il faut la synergie des acteurs publics et privés pour pouvoir contrer la maladie dans les segments de population.

«La GIZ a une expertise avérée dans le domaine de la santé. Elle est présente en Guinée il y a plus de trente ans. Intervenir auprès des travailleurs de la SOBRAGUI et leurs dépendants est une très bonne chose parce que cela permet de rompre la chaîne de transmission au sein d’une partie de la population. Si deux mille personnes adoptent des comportements sains et se protègent correctement, cela veut dire qu’il y a plus de deux milles ménages qui sont protégés et qui pourraient protéger d’autres ménages», a-t-il signalé avant d’ajouter que c’est une belle initiative à laquelle l’ANSS apporte son soutien.

Plus loin, il a annoncé que l’Etat guinéen a mis à la disposition de l’ANSS cent mille tests antigènes. «Nous sommes ouverts pour les entreprises qui voudraient organiser des tests rapides pour leurs travailleurs afin que nous puissions rapidement trier les populations pour savoir ceux qui sont malades, les sortir de la circulation et les soigner pour ne pas que des citoyens malades empiètent  les activités économiques», a-t-il affirmé.

Dans son intervention, le représentant du ministre de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises à cette cérémonie a souhaité que de telle initiative se développe à tous les niveaux.  D’après le Directeur national pour la promotion du secteur privé, Aguibou Bérété, la Covid-19 avec ses cortèges a infligé des sérieuses peines aux entreprises. «Je suis très heureux d’entendre qu’il n’y a eu aucun cas de Covid-19 signalé à la SOBRAGUI. Il n’y a pas eu encore de mise à pied, de congé technique, de licenciement  et de refus de payement de salaire des travailleurs malgré l’impact de la Covid-19. La SOBRAGUI est à féliciter parce que les autres entreprises n’ont pas eu la même capacité de résister pour tout le temps que nous venons de traverser et pour ce qui nous reste pour vaincre cette maladie», a-t-il laissé comprendre.

Dans son intervention, l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne en Guinée Meier Tesch dira que la signature de partenariat entre la GIZ  et la SOBRAGUI sort du cadre habituel des instruments de la coopération internationale et marque peut être une étape importante de nouvelle forme de soutien et de coopération. «Bien avant la maladie hémorragique à virus Ebola, l’Allemagne a soutenu le secteur de la santé en Guinée en vue d’améliorer l’état de la santé de la population et favoriser son accès au service universel de soins essentiels», a-t-il rappelé.

Et de continuer : « ce présent partenariat a été possible grâce à un programme du ministère fédéral allemand de la coopération pour faciliter le financement de partenariat de développement avec le secteur privé. Le partenariat dans lequel la SOBRAGUI s’engage aujourd’hui est un  remarquable exemple. Comment une entreprise peut assumer sa responsabilité surtout dans cette situation de pandémie qui secoue notre planète entière. Cet engagement s’exprime aussi en chiffre. Le coût total du projet estimé à 3 milliards 750 millions de francs guinéens, la SOBRAGUI financera un milliard et demi environ 42%. C’est une participation exemplaire déjà en temps normal mais encore vu la situation financière difficile pour les entreprises, on ne peut que se réjouir ».