Pêche : Un secteur en pleine mutation dans la région de Labé

février 8, 2019 8:04

Conformément à l’initiative présidentielle, visant à appuyer le développement rural, portée par le ministère de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie maritime, des projets de développement du secteur halieutique ont été entamés dans la région administrative de Labé. Pour ce faire, des étangs piscicoles situés précisément à Garambé et Popodara ont été alimentés en diverses semences de poisson, a appris Guineenews.

Selon nos informations, cela a été possible grâce à un projet de l’OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal). Ce fleuve, faut-il noter, prend sa source à Tollo, une sous-préfecture située dans la préfecture de Mamou). Donc, de là, il traverse les préfectures de Mamou, Dalaba, Labé, Tougué pour aller au Mali Bamako, la Mauritanie et le Sénégal.

« Nous sommes en partage avec les 4 pays-là. Déjà, il y a eu un premier projet dont la Guinée n’a pu bénéficier. Donc, au niveau de cette phase 2, il était nécessaire de faire la caractérisation de la pêche dans ce bassin-là. On a fait les études de caractérisation assorties d’un rapport final. C’est à partir de ce rapport final qu’on a identifié certains sites. Donc, après la validation de cesdits sites, il fallait construire un marché à poissons à Labé, un autre à Tougué, à Koin Missidé et un débarcadère pour les pêcheurs fluviaux.

Vous savez qu’au niveau de Tougué, sur le Kouloun, les gens utilisent les pirogues là-bas pour la pratique de la pêche. Donc, on a jugé nécessaire d’y implanter un débarcadère avec toutes les commodités pour que les pêcheurs fluviaux puissent bénéficier de ces ressources », explique à Guineenews Alpha Abdoulaye Diallo, le directeur régional des pêches et de l’aquaculture de Labé.

Les travaux de réalisation du marché à poissons de Labé sont à ce jour achevé et la remise provisoire a déjà eu lieu. Mais pour la mise en service, il faut y installer un comité de gestion et en même temps prévoir les modalités de gestion du marché tout en identifiant les personnes qui vont occuper les différentes places.

 « Il n’est pas pour le moment fonctionnel. Vous savez ces marchés sont gérés par la commune. Donc, on va échanger avec les nouvelles équipes communales pour voir ensemble quelle modalité de gestion faut mettre en place et quelles sont les personnes cibles qui doivent occuper ce marché de poissons », ajoute le directeur régional des pêches et aquaculture de Labé.

À en croire Alpha Abdoulaye Diallo, ces marchés seront alimentés par les différents points de pêche mis en service dans la région de Labé.

« Nous sommes en train de nous battre pour le développement de cette activité au Foutah. Et, il y a un autre volet assistance aux pêcheurs fluviaux. Donc les poissons qui seront issus de la pêche fluviale, de l’activité piscicole constitueront le pôle de production par excellence en poissons dans la région de Labé. Donc, le surplus de poissons qui sera péché par exemple par les acteurs de la pêche fluviale à Tougué ; ça sera le marché de dégagement pour Labé. Parce qu’il y a un ravitaillement de poisson qui vient souvent de Conakry. Nous, nous voulons inverser cette tendance parce que le poisson d’eau douce a une qualité plus appréciable que le poisson de mer », affirme-t-il.

La mise en service de ces marchés à poisson sera un ouf de soulagement pour les populations des cinq préfectures de la région administrative de Labé.