Pêches : le ministre Frédéric Loua annonce les grands chantiers de son département

0
681

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, dans le cadre de la série de communication du gouvernement sur le bilan et les perspectives de ses membres, Frédéric Loua, ministre en charge des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime, était face à la presse, lundi 29 juillet, pour faire le point sur les réalisations de son département durant les huit dernières années et présenter les actions en cours. 

Le ministre des Pêches a fait savoir à cette occasion que le secteur des pêches est en pleine mutation. Une dynamique qui, selon Frédéric Loua, sera maintenue et amplifiée en 2019 à travers plusieurs activités. 

A cet effet, il annonce : la mise en œuvre d’un nouvel organigramme de son département afin de permettre le redéploiement du personnel vers les zones de production ; le renforcement des mesures de gestion de la ressource halieutique et de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) ; la poursuite des efforts de développement de la pisciculture dans 176 villages contre 95 en 2010 ; la restructuration de la profession de pisciculteurs dont le nombre de personnes est de 2 160 personnes rassemblées en 166 groupements ; la formation de 700 jeunes diplômés, et la poursuite des efforts pour la relance de l’exportation des produits de pêche vers les pays membres de l’Union Européenne. 

Dans les prochaines années, le département des Pêches entend : réglementer et contrôler la qualité des intrants et matériels de pêche ; contribuer à rassurer la disponibilité permanente des équipements et matériels appropriés de pêche, d’aquaculture par la mise en place d’infrastructures de stockage ; soutenir la disponibilité continue du poisson sur le marché par la mise en place d’entrepôts de conservation, de transformation et de commercialisation ; renforcer le programme d’approvisionnement des populations en poisson à travers le développement de la pisciculture et le soutien à la pêche continentale ; améliorer la gestion durable des ressources.

Il sera également question de : renforcer la recherche sur les ressources halieutiques ; promouvoir les chaines de valeurs ; accompagner la relance de la filière exportation des produits halieutiques sur le marché de l’UE ; soutenir l’intensification de la lutte contre la pêche INN ; soutenir l’accroissement des recettes publiques par le renforcement du contrôle des capacités de navire ; assurer l’augmentation de la contribution du secteur à l’économie nationale ; identifier et rechercher des ressources de financement pour la réalisation d’un port de pêche industrielle.