Pillages et intimidations à  N’Zérékoré: des  victimes indexent un certain Mogho et sa bande

0
556

Nombreux sont les boutiques et magasins qui ont été la cible des attaques perpétrées suite à l’auto proclamation comme vainqueur du candidat de l’Union des forces démocratiques de guinée (UFDG), Mamadou Cellou Dalein Diallo à la présidentielle du 18 octobre. Plusieurs victimes de ces actes de vandalisme accusent un certain Mogho et sa bande d’être les auteurs de ces pillages, tout en appelant à une aide des autorités compétentes, en ces moments de détresse.

Si à Kankan c’est à la bande  à  Moussa Djan qu’on impute toutes les misères des victimes d’attaques et d’actes de vandalisme, à N’Zérékoré, c’est un certain Mogho, qui serait à la tête de la bande de casseurs  et de vandales qui s’en serait prise aux  boutiques et magasins dans plusieurs quartiers de la cité. Dans le quartier de Kolyéba par exemple, ce sont plusieurs millions de francs guinéens ainsi que des motos et des matelas qui auraient été emportés par des individus déchaînés.

Saliou Sow, vendeur de motos et pièces détachées  parle  des circonstances de l’attaque de son magasin : « il était 17 h, le samedi après la proclamation des résultats par la Ceni, quand ils sont venus saccager mon magasin, ils ont réussi à prendre plusieurs motos, des moteurs et tous les pneus. Ils ont emportés une somme de 90 millions qui était dans mon coffre fort», a-t-il confié à guineenews.

Saliou Sow n’était pas la seule victime après la publication des résultats provisoires par la Ceni, Alhassane Bah, vendeur de matelas  derrière le stade du 03 avril, dans le quartier Koléyeba a aussi tout perdu ce jour.

Il fait le bilan  de ses matériels emportés : « il y avait 60 matelas, dont des Bruxelles de quatre places à la valeur d’un million huit cent mille, des matelas enroulés en provenance d’Italie à un million sept cent mille, même ceux qui viennent de Dubaï  ont été tous emportés», a-t-il déploré.

A la question de savoir quels sont les auteurs de ces actes de vandalisme,  le  nom d’un certain Mogho est cité par les victimes,  comme étant le présumé  commanditaire  de ces cambriolages.  Alassane Bah dit avoir entendu parler de cet individu, qui serait déjà dans les mains de la gendarmerie. Sans qu’on ne puisse vérifier cette information liée à son arrestation.

En attendant de voir clair dans cette affaire de pillages et d’agressions survenue du côté de la capitale forestière, les victimes appellent l’Etat guinéen à leur venir en aide.