Pistes rurales : la Guinée et la Banque Mondiale signent un accord de 40 millions USD

0
1046

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de  développement économique et social (PNDES) formulé en novembre 2017 à Paris, le groupe de la Banque Mondiale (BM) et la Guinée ont signé, ce mercredi 23 janvier 2019 un accord de financement d’une valeur de 40 millions USD du projet de mobilité et de connectivité rurale. La cérémonie de signature a eu lieu au ministère de l’Economie et des Finances.

A cette occasion, le représentant résident de la Banque Mondiale en Guinée, Rachidi B. Radji, a salué la qualité du partenariat et de la coopération entre son institution et l’état guinéen.  « Ce projet de transport en termes de Don de l’Association Internationale pour le Développement (IDA) en fait foi. La signature de ce premier accord de l’année 2019 participe aussi au renforcement du processus de concrétisation des engagements pris à Paris en 2017 par la BM pour accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre du PNDES », ajoute-t-il.

Ainsi, explique M. Radji, « le groupe de la BM et la Guinée mettent l’accent sur trois piliers » notamment le renforcement de la productivité  agricole et la croissance économique, la mobilité et la connectivité rurale, l’amélioration et le soutien à l’accès routier de la population rurale aux marchés et services de bases en Guinée.

En plus, dira-t-il, la réalisation de ce projet permettra de réduire la part des coûts de transports dans la chaîne de valeurs des produits et de contribuer à la création d’emplois pour les jeunes et les femmes afin d’impulser le développement économique.

Pour sa part, le ministre de l’Economie et des Finances a rappelé que la présente cérémonie de signature illustre la dynamique coopération  entre la Guinée et le groupe de la Banque Mondiale. Poursuivant, Mamady Camara a déclaré que « en Guinée, la mise en place d’un réseau dense d’infrastructures de transport en milieu rural » tout en respectant « les aspects environnementaux et sociaux, concourt à la réduction de la pauvreté et à l’atteinte des objectifs de développement durable ».

A cet effet, mentionne-t-il, le projet couvre six préfectures (Coyah, Dubréka, Boké, Dalaba, Pita et Labé) pour un linéaire de 800 kilomètres de pistes rurales et va durer cinq ans.

Parmi les avantages attendus de ce projet, il y a le renforcement des capacités de l’administration centrale et déconcentrée, l’assurance de l’entretien des infrastructures de transport rural par les populations rurales, etc.

A en croire M. Camara, ce projet portant sur l’amélioration des pistes rurales va soutenir le développement des filières de production de la pomme de terre,  du riz, de la pisciculture, de l’élevage et de la production de l’anacarde. Ce qui, explique-t-il enfin, favorisera la création des petites et moyennes entreprises  dans les filières agricoles et animalières.

Etaient présents à la cérémonie de signature de ce projet les ministres des Travaux Publics, Moustapha Naïté, du Plan et du Développement économique, Mama Kanny Diallo et de l’Agriculture, Mariama Camara.