Pita : L’appel du Khalife du Fouta aux gouvernants après les violences

0
939

Les visites de compassion se multiplient au domicile du Khalife général du Fouta, Elhadj Bano Bah. Et pour cause, les actes de vandalisme perpétrés par les forces de l’ordre à son domicile lors des récentes manifestations organisées par le Front national pour la défense de la constitution (Fndc).

Les violences enregistrées à Pita et sur le domicile du Khalife général du Fouta suite à l’intervention des forces de l’ordre pendant les manifestations appelées par le FNDC n’ont laissé personne indifférent. Le week-end dernier, des délégations des différentes coordinations nationales et de hautes personnalités ont rendu visite au sage pour partager sa peine.

« C’est un sentiment de joie et de plaisir. Voir tout ce monde chez moi pour partager ma peine, je ne peux que me réjouir. Je n’aurais pas voulu déplacer tout ce monde surtout pour une histoire de futilité. J’aurais voulu que ça soit à l’occasion d’un mouvement de bonheur. Mais tout ce que Dieu fait est bon », a déclaré Elhadj Bano Bah.

S’adressant aux populations et au gouvernement, le Khalife du Fouta dira que : « Aux populations, c’est un message de paix. J’ai toujours dit que la violence n’arrange personne. Car une fois, le feu allumé, il brûle tout sur son passage. La violence ne connaît ni homme ni femme non seulement mais aussi ni vieux ni enfant. Donc il faut toujours mettre la paix au premier plan. Aux gouvernants, c’est de prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter les violences. Ils doivent veiller à ce que les agents de sécurité n’outrepassent pas leur mission qui est celle de protéger leur population quelles que soit les circonstances.

Les gouvernants doivent savoir qu’eux et nous, avons des champs différents. Chacun de son côté n’a qu’à bien cultiver son champ. Nous, c’est la gestion de la religion qui représente notre champ et eux, c’est la gestion politique. Et je crois qu’en religion il n’y a pas de querelle en Guinée. Pour finir, je leur rappelle que dans une gestion humaine, la vérité est inévitable pour une paix durable ».