Pita : une véritable chasse à l’homme déclenchée contre 4 enseignants grévistes

0
555

Tout est parti d’un sit-in non-autorisé des enseignants de Pita qui réclamaient le 29 novembre le dégel de leurs salaires.

A la faveur de cette manifestation qui s’est déroulée à la devanture de la Direction Préfectorale de l’Education (DPE), les responsables du mouvement ont  dénoncé ce qu’ils appellent le ‘’gel sélectif’’ dont ils sont victimes. Car, selon eux, les enseignantes proches des autorités éducatives ont été épargnées alors que toutes les écoles de la préfecture sont restées fermées.

Il n’en fallait pas plus pour déclencher une véritable chasse à l’homme contre les responsables de ce sit-in. D’après Bangoura N’Famoussa, l’un des enseignants grévistes, ils vivent en cachette depuis 5 jours pour pouvoir échapper à un mandat d’arrêt émis contre eux. Pour ce faire, témoigne-t-il, ils sont obligés d’abandonner leurs familles.

A l’en croire, les quatre meneurs de grève (Sadou Barry, Simon Pierre Camara, Mamadou Sidibé et N’Famara Bangoura) sont activement recherchés à Pita par la police et la gendarmerie à l’effet  d’y étouffer toute résistance du SLECG.

«Nos salaires sont gelés de façon injuste car, si tout le monde a suivi la grève ici à Pita. Depuis l’ouverture le 3 octobre jusqu’aujourd’hui, aucun enseignant n’a mis pied à l’école. Maintenant on paie une adjointe alors que le directeur d’école qui a toutes les clés des classes n’est pas payé. Où est-ce que cette adjointe a enseigné pour avoir droit à un salaire ? Voilà l’injustice ! Alors que le gouvernement disait que c’est le travail qui est payé et non le travailleur. Mais ici, ce sont les relations qui sont payées et non le travail ou le travailleur», a-t-il dénoncé.

Par ailleurs, toutes nos tentatives aussi bien auprès des administratives qu’éducatives de Pita sont restées vaines jusqu’au moment où nous mettons en ligne cette dépêche. A chaque fois qu’on a eu le Préfet de Pita, il a toujours promis de nous revenir sans succès. Quant au Directeur Préfectoral de l’Education (DPE), nous avons également tenté de le joindre mais, il n’a souhaité faire aucun commentaire sur cette situation.