Plan de Développement Local (PDL), le maire affiche ses priorités !

0
790

Le conseil municipal de Kankan, s’est réuni en  plénière extraordinairement ce mardi 30 décembre 2019, avec  un point majeur à l’ordre du jour qui portait sur la révision du plan de développement locale (PDL), a-t-on constaté sur place.

Le chef de l’exécutif communal en a profité pour évoquer ses ambitions pour le développement de la commune.

La rencontre s’est tenue dans l’enceinte de la mairie en présence des autorités communales et de plusieurs responsables de quartiers.

Le Plan de Développement Locale (PDL) dont s’est doté la commune urbaine de Kankan, se projette sur une durée de 5 ans. Durant cette période plusieurs actions nécessitant de grands investissements sont envisagées. Mais le maire, Mory Kolofon Diakité et son équipe, ont des priorités.

« Dans ce plan, on a de grandes priorités auxquelles nous allons faire face à Kankan, notamment l’extension du grand-marché, la rénovation de certaines écoles, la construction d’un centre de santé et la rénovation de plusieurs autres ainsi que des routes », a-t-il énoncé.

Cependant aucun budget prévisionnel n’a été encore élaboré pour la réalisation de toutes ces infrastructures.

« Nous ne savons pas pour le moment combien tout ça va nous coûter. Mais les ingénieurs vont y travailler. Ils vont évaluer la faisabilité des projets. Ils vont définir la construction du centre de santé que nous allons construire, les écoles à rénover ainsi que les routes», a-t-il promis.

La réalisation de toutes ses promesses d’infrastructures demande nécessairement beaucoup de fonds. Le maire Kolofon sait où en trouver.

« Nous comptons sur les recettes propres que génèrent la communes, le fond de financement des collectivités ANAFIC et les partenaires bi et multilatéraux qui ont projeté de mener des actions intenses avec nous», a-t-il indiqué.

A signaler que l’un des problèmes majeurs auxquels est confrontée la ville de Kankan demeure l’insalubrité. On se demande donc pourquoi cela n’apparait nulle part parmi les priorités de la mairie.

Afficher le texte des messages précédents

Plan de Développement Local (PDL): Le maire de Kankan affiche ses priorités 

Le conseil municipal de Kankan, s’est réuni en  plénière extraordinairement ce mardi 30 décembre 2019, avec  un point majeur à l’ordre du jour qui portait sur la révision du plan de développement locale (PDL), a-t-on constaté sur place.

Le chef de l’exécutif communal en a profité pour évoquer ses ambitions pour le développement de la commune.

La rencontre s’est tenue dans l’enceinte de la mairie en présence des autorités communales et de plusieurs responsables de quartiers.

Le Plan de Développement Locale (PDL) dont s’est doté la commune urbaine de Kankan, se projette sur une durée de 5 ans. Durant cette période plusieurs actions nécessitant de grands investissements sont envisagées. Mais le maire, Mory Kolofon Diakité et son équipe, ont des priorités.

« Dans ce plan, on a de grandes priorités auxquelles nous allons faire face à Kankan, notamment l’extension du grand-marché, la rénovation de certaines écoles, la construction d’un centre de santé et la rénovation de plusieurs autres ainsi que des routes », a-t-il énoncé.

Cependant aucun budget prévisionnel n’a été encore élaboré pour la réalisation de toutes ces infrastructures.

« Nous ne savons pas pour le moment combien tout ça va nous coûter. Mais les ingénieurs vont y travailler. Ils vont évaluer la faisabilité des projets. Ils vont définir la construction du centre de santé que nous allons construire, les écoles à rénover ainsi que les routes», a-t-il promis.

La réalisation de toutes ses promesses d’infrastructures demande nécessairement beaucoup de fonds. Le maire Kolofon sait où en trouver.

« Nous comptons sur les recettes propres que génèrent la communes, le fond de financement des collectivités ANAFIC et les partenaires bi et multilatéraux qui ont projeté de mener des actions intenses avec nous», a-t-il indiqué.

A signaler que l’un des problèmes majeurs auxquels est confrontée la ville de Kankan demeure l’insalubrité. On se demande donc pourquoi cela n’apparait nulle part parmi les priorités de la mairie.