Plan social de riposte contre le COVID 19 : la gratuité de l’eau et du courant à Kankan passe mal au sein de l’opinion

0
605

Dans le but d’alléger les charges des citoyens en cette période de crise sanitaire, le gouvernement guinéen a décidé de venir au secours des populations en prenant en charge durant trois mois les frais de facturation des foyers en électricité et en eau.

C’est une mesure d’accompagnement qui est censée apporter du soulagement et du réconfort. Dans la ville Nabaya, elle suscite plutôt de la désolation au sein des différents foyers de la ville.

Pour cause, depuis l’annonce du Premier ministre Kassory sur les antennes de la télévision nationale de la gratuité de certains services publics, de nombreux habitants à l’image de Fanta Sangaré, une ménagère rencontrée au quartier Korialen, ne cachent pas sa déception. A en croire son témoignage, jamais les dessertes de ces deux principales denrées dans son foyer n’auront chuté à un niveau si piteux.

« Avant moi, j’avais le courant et l’eau un peu régulièrement chez moi. Mais je n ‘arrive pas à comprendre pourquoi  depuis qu’ils (l’Etat) nous ont dit que l’eau et l’électricité sont gratuites, c’est la merde chez moi. C’était encore mieux au moment où je payais mes factures. En ce moment je ne perçois ni eau, ni courant normalement. Chaque jour, quand le courant vient à 18 heures, ça repars à  20 heures ou 23 heures au plus tard. On peut faire plus de trois jours sans voir de l’eau couler de nos robinets. Franchement nous ne sommes pas du tout contents. Il vaudrait peut-être mieux qu’on paye », a-t-elle déploré.

Même sentiment de déception du côté de Thierno Abdoulaye Baldé, un autre consommateur de la ville, qui dit n’avoir eu droit qu’à une joie de très courte durée après la déclaration du Premier ministre Kassory.

« J’avais été très ravi du gouvernement quand il a décidé de prendre en charge nos factures d’eau et de courant pour 3 mois. J’en étais très content même. Mais aujourd’hui je suis plus que déçu, car il n’a fallut que quelques heures pour que la mauvaise desserte de l’eau et du courant à laquelle on est habitué deviennent purement et simplement catastrophique. Je ne perçois presque jamais le courant chez moi en ce moment où je parle. Franchement,  je suis perdu et  je ne vois pas l’intérêt des efforts du gouvernement pour  alléger nos peines », a-t-il dit.

Toujours sollicités pour des fins d’explications, les services locaux en charge de la desserte en eau (SEG) et en électricité (EDG), restent hermétiquement fermés à toute communication.