PNDES et ODD : des journalistes s’approprient l’utilisation des données statistiques

juin 15, 2018 10:37
0

Les statistiques, c’est le principal outil de développement d’un pays. Car, c’est elles qui permettent aux gouvernements de connaître, entre autres, la composition des populations, leur niveau de vie, les indices économiques du pays. Des éléments qui concourent à la planification des programmes de développement économique et social.

Mais en Guinée, la façon dont les statisticiens travaillent est mal connue. Conséquence, les résultats des travaux sont mal interprétés. Le dernier recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) en est une parfaite illustration. Et cette mauvaise interprétation, selon le ministère du Plan et du développement économique, s’explique par la méconnaissance de la méthodologie  d’élaboration des opérations, la faiblesse de la culture statistique, la faible vulgarisation et diffusion des résultats des opérations statistiques. A cela, il faut ajouter la faiblesse du partenariat entre l’Institut national des statistiques (INS) et les médias.

Pour inverser cette tendance, l’Institut national des statistiques (INS), sur financement du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a organisé les 13 et 14 juin à Coyah une formation pour 25 journalistes des services public et privé. Cette formation était axée sur l’utilisation des données statistiques en lien avec le Plan national de développement économique et social (PNDES) et les Objectifs du développement durable (ODD). Elle vise à renforcer les capacités des journalistes en matière d’analyse des travaux statistiques.

Au cours des deux jours de formation, plusieurs thématiques ont été abordées, notamment les documents de planification nationaux et les ODD, les méthodologies d’élaboration des opérations statistiques, la stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS).

Pour Sylvain KI, spécialiste de Suivi Evaluation au PNUD, que les ODD sont un défi qui ne peut être relevé sans la presse : « la mise en œuvre et le suivi évaluation des ODD constituent un énorme défi pour tous les gouvernements du monde et met à rude épreuve les systèmes statistiques nationaux même les plus performants. Pour réussir cela, il nous est non seulement nécessaire de mieux faire connaitre les ODD par tous les acteurs au niveau central et déconcentré notamment par les médias, les administrateurs, la société civile, le secteur privé, mais aussi de partager les cadres et stratégies optimum permettant de les atteindre et de faire le suivi et évaluation des performances. »

Dans le même ordre d’idées, Mamady Camara, Directeur général adjoint de l’Institut national des statistiques a insisté sur la participation des médias dans le suivi évaluation: «Le contexte dans lequel nous sommes, c’est les ODD, le PNDES, la Stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS). Ce sont ces outils de planification qui demandent eux-mêmes des informations statistiques parce que ça demande l’attente des objectifs, le suivi évaluation. Ce suivi ne peut pas se faire seulement au niveau des techniciens. Il faut aussi l’apport des autres acteurs de la société civile comme les médias. Mais toujours est-il qu’il faut renforcer les capacités de ces acteurs aussi pour que nous ayons les mêmes compréhensions de ces phénomènes pour l’atteinte des ODD. »