Polémique sur la mort du clandestin à Casa : la RAM charge lourdement la SOGEAC qui réplique

0
866

Un corps a été retrouvé le lundi 30 septembre dans la trappe du train d’atterrissage d’un avion de la Royal Air Maroc (RAM) qui effectuait un vol entre Conakry et Casablanca.

Selon une déclaration de la compagnie marocaine publiée sur son compte tweeter, ‘’l’individu aurait enfreint les règles de sécurité’’ de l’aéroport de Conakry : « visiblement, l’homme d’origine subsaharienne, avait accédé à la piste de l’aéroport de Conakry en enfreignant les règles de sécurité en vigueur, avant de se dissimuler dans la trappe du train d’atterrissage de l’avion. Il est décédé dès le décollage de l’avion. »

Une information qui est démentie par les responsables de l’aéroport international Conakry-Gbessia. « Ce n’est pas vrai. Un corps a été retrouvé dans cet avion en provenance de Conakry, mais nous n’avons aucune assurance que ce monsieur s’est embarqué à partir de Conakry. Cet avion n’est pas dédié qu’à Conakry. Il dessert beaucoup de pays subsahariens« , a expliqué Kader Yombouno, Directeur général adjoint de la Société d’exploitation et de gestion de l’aéroport de Conakry (SOGEAC), avant de laisser entendre que l’individu dont le nom et le pays d’origine n’ont pas été identifiés, pourrait venir d’un autre pays du Sud du Sahara : « quand un corps se trouve dans la trappe du train d’atterrissage d’un avion, il est congelé. Quand il est à l’air, il peut rester une semaine sans tomber, tant que l’avion vole. Parce que l’avion ne fait que pratiquement 45 minutes de stationnement dans les aéroports. Si ce n’est pas une panne, un avion ne s’arrête pas plus d’une heure dans un aéroport. »

Pour déterminer la date du décès de l’individu, il faut l’autopsie du corps. C’est ce que la Guinée n’a pas obtenu à date de la Royal Air Maroc. « On a demandé à la RAM de nous envoyer l’autopsie pour savoir quand est-ce qu’il est mort. On a envoyé des enquêteurs à Casablanca avec des enquêteurs du Maroc afin de s’assurer de la vérité des informations. Nous avons demandé des informations à la police marocaine, mais jusqu’à présent on n’a pas de suite. Nous leur avons demandé de l’itinéraire de l’avion pendant toute la semaine. Rien ! Conakry-Casa c’est 4 heures de vol. Et si le mort date de 2 à 3 jours, c’est qu’il n’est pas monté à partir de l’aéroport de Conakry », a précisé le DGA de la SOGEAC.

A date, selon la direction de l’aéroport de Conakry, aucune famille guinéenne n’a réclamé le corps comme étant un de ses membres.