Polémique sur l’état de Santé de Chérif Bah : voici ce que dit le ministère de la Justice

0
377

Le  ministère de la Justice a dû à nouveau communiquer sur l’état de santé de Chérif Bah, le  vice-président  de l’UFDG incarcéré à la prison centrale de Conakry depuis novembre 2020. « Ce mardi 20 avril 2021, suite aux multiples informations alarmistes reçues par le Ministère de la Justice, l’état de santé de Monsieur Chérif BAH a été évalué par une équipe médicale composée d’éminents cardiologues. Cette évaluation a été faite en présence du Directeur Général de l’Hôpital National Ignace DEEN et du médecin chef de la maison Centrale de Conakry », a ainsi repliqué le ministère de la Justice aux informations qui faisait état d’une complication des problèmes de santé de l’ancien gouverneur de la Banque centrale de Guinée.

Dans ce communiqué signé du conseiller chargé de la communication Sékou Keita, le ministère assure accorder un intérêt particulier aux questions sanitaires dans les centres de détention. En revanche, les avocats et ONG de défense des droits de l’Homme ont vivement critiqué ces derniers mois les conditions de détention dans les centres de détention, notamment à la Maison centrale de Conakry où deux opposants ont trouvé la mort. Le département américain a même étrillé la Guinée sur la question des droits de l’Homme dont celle en milieu carcéral.

« C’est le lieu de rappeler qu’à la maison centrale de Conakry, il existe un centre de dépistage et de traitement approprié des cas de COVID-19. A ce titre, plusieurs cas ont été traités et d’autres y sont en cours grâce au soutien de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire. Les autres cas nécessitant des examens approfondis, sont référés à certains centres hospitaliers et font l’objet d’un suivi soutenu par des médecins spécialistes », indique cependant le communiqué du ministère de la Justice. Et de réitéré « son attachement aux respects des droits humains », en rassurant que tous les détenus sont traités dans le respect de leurs droits fondamentaux et de la dignité humaine.