Politique: Alpha entre promotion de  l’ANIES et inauguration d’infrastructures à Kindia

0
541

Le président de la République a profité de son séjour à Kindia, le samedi dernier pour inaugurer une usine de jus de fruits à Koliagbé. Puis s’en suivra le pont de Bangouya, reliant Kindia à Telimelé, réalisé dans le cadre du projet Souapiti, et le nouveau siège de la mairie de Friguiagbé.

A Friguigbé c’est au stade Kibongué de ladite localité que le chef de l’Etat a été accueilli en grande pompe  par les populations. On entendait ainsi des slogans fuser  de la foule, tels que « Alpha  le bâtisseur », « Alpha Condé le rassembleur », « Alpha Condé nous te soutenons pour la nouvelle constitution ».

Du haut de la tribune, le premier responsable de ladite Sous-préfecture est revenu sur quelques-unes des réalisations des infrastructures dans le cadre du développement de Friguiagbé.

« Au regard des résultats obtenus dans la plupart des domaines de développement socio-économique à titre indicatif je citerai ceci, la construction d’une usine de transformation des fruits ananas, mangues, oranges, bananes d’une capacité de 10 tonnes par jour dans le district de Koliagbé. Sa mise en exploitation permettra d’absorber la grande partie de nos produits agricoles et augmentera de l’autonomie de nos paysans producteurs. L’exécution du programme d’investissement entièrement financé par l’agence nationale de financement des collectivités a permis la construction et équipement du siège de la commune, la construction d’une maison des jeunes à Koliagbé, la construction de deux ouvrages de franchissement pour le développement des sources de production dans le district de Koliagbé 1. Au-delà de ces nombreuses réalisations, la population attend la réhabilitation de 150 km de piste rurale dans le cadre du programme de désenclavement des zones de productions financé par la banque mondiale et le gouvernement guinéen», rappelle Abou Camara, maire de Friguiagbé.

Devant le chef de l’Etat guinéen, les citoyens de Friguiabgé ont aussi mis l’occasion à profit pour manifester leur joie au regard de quelques résultats obtenus dans le domaine socio-économique, notamment la suppression de l’impôt de capitation, la gratuité de la césarienne dans les structures sanitaires, la mise à disposition des intrants agricoles, ainsi que la réalisation de plus de 50 forages dans les districts.

Prenant la parole, le chef de l’Etat guinéen n’a pas dérogé à la  règle, Alpha Condé a décliné l’objectif de l’ANIES et l’ANAFIC. « En 2010 quand j’ai été élu, j’ai dit que j’ai hérité d’un pays pas un état. On avait une économie moribonde endettée, une administration terrorisée, une armée désorganisée et l’infrastructure délicate. J’ai commencé par rebâtir l’état en organisant l’armée, en stabilisant les indicateurs macro-économiques en désendettant le pays en renouant les liens avec les bailleurs de fonds. En dépit de la crise sanitaire d’Ebola qui a complétement freiné notre élan de développement, il est indéniable que la Guinée s’est scrupuleusement enrichie. Le produit intérieur brut a doublé  depuis mon accession au pouvoir. Le secteur minier est relancé, l’agriculture guinéenne bénéficie de l’attention soutenue de la part du gouvernement et son attractivité est rapportée sur le plan national et international. Nous avons lancé l’industrialisation mais il faut partager la prospérité. J’ai toujours dit aux guinéens que mon mandat était au service des pauvres, malgré la croissance économique forte enregistrée la pauvreté est encore trop importante en Guinée. Je ne peux pas accepter cela. J’ai instruit mon gouvernement de faire en sorte que la prospérité soit partagée, c’est pourquoi les instruments innovants sont mis en place pour cela, afin de lutter contre la pauvreté», se vante Alpha Condé.

Pour terminer, le président n’a pas manqué de souligner les vrais problèmes du pays dans son discours de circonstance, en mettant l’accent sur l’emploi jeune, l’autonomisation des femmes, la valorisation de l’agriculture.

Après Friguiagbé, le chef de l’Etat a pris son avion pour rentrer à Conakry, juste après la coupure du cordon inaugural de l’usine de jus de fruits tropicaux de Koliagbé.