Politique : élections du 4 février 2018, vers une reprise du scrutin en entier ?

avril 19, 2018 9:53
0

La machine électorale des communales du 4 février s’est enrouée dans sa totalité. Dans la quasi-totalité des engrenages et articulations, il y a eu four et foirade. On parle de bureaux de vote fictifs, de votes par procuration abusifs, des votes des mineurs, des bourrages des urnes, des modifications de PV des CACV, des magistrats ‘’indélicats’’… dans 12 communes rurales et autant de communes urbaines. Les lésés ne comptent pas se laisser faire et revendiquent à cor et à cri sur tous les toits par la paralysie des activités économiques, en dépit des 94 morts, déjà.

Les communes concernées par les litiges ne connaissent toujours pas leurs élus, et les élus sans problème des autres communes sont comme lettre morte, aucun élu n’est encore en fonction. La paralysie est générale.

Amadou Damaro Camara, le chef de file de la Mouvance à l’Assemblée nationale, prenant ses vœux pour réalité, a déclaré qu’il y a consensus sur la mise en place des conseillers dans les communes qui ne souffrent pas d’irrégularités. Il y a eu un tollé de l’opposition dans son ensemble. L’argument du contre tient bien la route : il faut éviter que des élus ailent en rang dispersé pour que tous aient la même durée du mandat. Les communes en litige n’arrivent pas à éponger leurs différends, un nœud inextricable pour Alpha Condé, qui a filé la patate chaude à Damaro, qui vient de s’enferrer, au vu en tout cas du tollé général, dans l’aporie de mettre en place des conseillers communaux dans des circonscriptions et pas dans d’autres pour un même mandat. Si l’issue de cet embrouillamini n’est pas encore en vue et que les élections législatives approchent à grands pas, est-ce que la Guinée sera capable de faire le reste des communales à quelques mois des législatives ?

Mais encore, « la session de rattrapage » des communales du 4 février n’est pas un sujet de discorde qui peut élargir le fossé entre les différents courants politiques ? Y aura-t-il un autre accord sur l’annulation des communales pour les combiner aux législatives ? Pendant ce temps, comment fonctionneront les communes ?

En cherchant à aller trop vite, en brûlant les étapes, l’on revient à la case départ.