Politique : l’opposition annonce la reprise des manifestations pour mardi prochain

octobre 10, 2018 3:40
0

Au terme d’une réunion de plus de 3 heures, tenue ce mercredi au QG de l’Union des Forces Démocratique de Guinée, les leaders de l’opposition républicaine ont annoncé à la presse, la reprise des manifestations à Conakry qui va commencer par une journée ville morte mardi prochain.

Les opposants entendent ainsi exprimer leur mécontentement face à la manière dont les conseillers communaux sont en train d’être installés à travers le pays.
Le chef de file de l’opposition, qui a été le porte parole du jour a déploré les violences perpétrées sur certains responsables et élus du Bloc Libéral à Gueasso. L’opposition républicaine par la voix de Cellou Dalein Diallo, a condamné «ces actes inhumains, humiliants et dégradants» contre des citoyens guinéens.

Il a par ailleurs déclaré que l’opposition a enregistré beaucoup d’anomalie et violation flagrante de l’accord politique du 08 août dernier en général et dans la mise en place des conseillers communaux en particulier. C’est pourquoi, annonce Cellou, l’opposition républicaine a décidé de « rejeter tous les exécutifs installés en violation de la loi et de l’accord politique du 08 aout et exige la reprise dans les conditions prévues par la loi et des accords, les élections dans les communes concernées ».

Elle exige également du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation la publication d’un calendrier précisant les dates d’installation des exécutifs dans les autres communes.

Cellou Dalein a aussi dénoncé l’implication « flagrante des administrateurs territoriaux dans l’intimidation et la corruption des élus en faveur du Rpg arc en ciel.

C’est pour donc protester contre toutes ces anomalies que l’opposition a décidé d’organiser cette journée ville le 16 octobre prochain.
Au cours de la rencontre, il a été également question de la mise en place d’une plate-forme entre société civile et partis politiques pour barrer la route aux promoteurs de troisième mandat.