Port de Conakry: les travailleurs exigent désormais le départ du ministre des Transports, de la directrice et de son adjointe

septembre 4, 2018 7:25
0

La tension est montée d’un cran dans le bras de fer qui oppose l’Etat aux travailleurs du port autonome de Conakry consécutivement à la concession du port conventionnel. A la faveur d’une rencontre qu’ils ont eue ce mardi 4 septembre à Conakry, les travailleurs ont demandé le départ de la Directrice générale Hawa Kéita et son adjointe Aïssata Aribot ainsi que le ministre des Transports Aboubacar Sylla, a-t-on constaté sur place.

 Dans la foulée, Hadja Asmaou Touré, navigatrice au PAC, se dit surprise non seulement du comportement de Hawa Kéita et Aïssata Aribot mais aussi, le ministre des Transports Aboubacar Sylla.

«Hawa Keita et son adjointe Aïssata Aribot ont signé le contrat sans le consentement des travailleurs. D’abord, cette affaire a été annoncée depuis le temps de l’ancien DG du PAC Mamadouba Sankhon. Ce dernier n’a jamais voulu accepter de signer le contrat. Au début, la directrice générale et son adjointe nous ont toujours rassuré qu’elles ne vont jamais signer le contrat sous prétexte qu’elles sont des mères de famille. Elles ont dit que le contrat n’a aucun avantage pour le pays. Elles ont dit qu’elles préfèrent perdre leurs postes que de signer ce contrat. C’est à notre fort étonnement que nous avons appris qu’elles ont signé le contrat sans l’accord des différents directeurs sectoriels (…). La directrice générale et son adjointe ainsi que le ministre des Transports nous ont trahis. Nous nous souvenons bien ce que ce dernier disait quand il était dans l’opposition. Il n’y a pas ce qu’il ne disait pas sur ce contrat et aujourd’hui, c’est lui-même, qui applaudit. Vous voyez que le ministre des Transports, Aboubacar Sylla a été très malin dans cette affaire. Etant le patron du département de tutelle, M. Sylla n’a pas accepté d’apposer sa signature. C’est pour dire un jour qu’il n’a jamais signé le document, les politiciens sont très malins», a-t-elle expliqué.

 Prenant la parole, Bangaly Nabé, chef service Audits internes, a abondé dans le même sens. «Hier, le ministre des Transports Aboubacar Sylla était le porte-parole de l’opposition guinéenne. S’il occupait le même poste aujourd’hui, il serait le premier à critiquer ce contrat. Mais très malheureusement, il est rentré dans le système. C’est pourquoi, il a appelé les deux dames de venir signer le document. Nous ne savons plus maintenant sur qui porter la confiance (…) », a-t-il déploré.

Pour sa part, Aboubacar Soumah, Secrétaire général adjoint de la délégation syndicale du PAC, a, quant à lui, demandé l’annulation pure et simple du contrat. «Nous demandons maintenant le départ de la directrice et de son adjointe. Parce que le contrat n’est pas favorable pour les travailleurs et le peuple de Guinée. Nous sommes tous des croyants, nous avons lu dans nos locaux hier et aujourd’hui la ‘’Fathia’’ pour demander la clémence d’Allah. Le combat continue, nous avons un plan B, nous voulons l’annulation pure et simple du contrat…», a-t-il fait comprendre.