Pour limiter la propagation du COVID-19 : Les suggestions du président de l’ordre préfectoral des médecins de Kankan

0
935

« Tout ce qu’on est en train de faire à Conakry ne sert strictement à rien. La preuve ça (le COVID-19) continue à évoluer.  Il faut confiner Conakry », telle est la suggestion faite par Dr Moro Mandjouf Sidibé, président de l’ordre préfectoral des médecins de Kankan, lors  d’une conférence de presse qu’il a animée dans les locaux de sa clinique ce lundi 27 avril 2020.

Dr Sidibé a déploré au passage un certain nombre de dysfonctionnements dans l’application de la stratégie nationale de riposte contre le COVID-19, notamment dans la circonscription de Kankan où en dépit de l’interdiction, les voyages en provenance et en partance pour la capitale, sont toujours d’actualité.

« Tout le monde sait aujourd’hui que l’épicentre de ce virus est Conakry. Pour éviter la propagation il est grand temps d’isoler cette ville. Ils ont fait un blocus, mais ça ne marche pas. Nous sommes à Kankan, mais chaque jour nous voyons des gens rentrer de Conakry. D’où la nécessité d’un confinement, pour bloquer la chaîne de contamination à Conakry. Etat d’urgence, on dit de rentrer chez soi à partir de 21 heures, mais et pendant la journée ? Les gens sont pratiquement en contact les uns avec les autres et se contaminent. Le confinement de Conakry, c’est le seul moyen pour couper la chaîne de contamination et éviter l’hécatombe », a-t-il averti.

Tout en demandant en cette période de jeûne, aux décideurs de faire plus d’efforts pour venir en aide à tous les ménages qui vont endurer  la mesure de confinement.

En outre, il exige également qu’en entend la création de laboratoires, que des tests rapides soient disponibles dans toutes les régions du pays comme à Kankan.

« On nous dit qu’il existe 4 Labos. Mais 4 labos c’est insuffisant pour tout le pays. Il faut au moins un laboratoire par région. Mais en attendant que ce Labo soit mis en place, il faut envoyer les tests rapides. Nous avons l’impression dans les régions, d’être abandonnés à nous-mêmes. Se préoccuper de Conakry c’est bien mais, il faut mettre les moyens à la disposition des régions pour éviter que le virus ne s’étende. Et la seule solution, c’est de mettre les moyens à la disposition de ces régions pour faire face au problème », prône-t-il.

Enfin, Dr Moro Mandjouf Sidibé, dit avoir déjà saisi les autorités de la ville, afin qu’elles procèdent dès maintenant à la mise en place d’un comité de riposte préfectoral contre le COVID-19, un comité, sur lequel l’ANSS pourrait s’appuyer pour soumettre au test rapide, tout usager avant qu’il n’entre  à Kankan.