Pourquoi le carburant n’a baissé que de 500 fg en Guinée: les éclaircissements du ministre Diakaria

janvier 1, 2019 12:10

Le prix du litre de carburant à la pompe baisse désormais en Guinée, de 10 mille GNF à 9500 GNF. Cette décision a été prise lors du dernier Conseil des ministres et cette qui est déjà entrée en vigueur. Selon le ministre des Hydrocarbures, Diakaria Koulibaly, cette baisse se justifie par la baisse du prix du baril au niveau international.

«La décision de baisser le prix du carburant est motivée par le recul du prix du baril du pétrole à l’international et la volonté du gouvernement de réajuster le prix du carburant à la pompe au fil de l’évolution des cours mondiaux du pétrole», a expliqué le ministre Diakaria Koulibaly.

Cette réduction de 500 GNF sur le prix du carburant est fortement critiquée des citoyens et des activistes de la société civile, qualifiant cette baisse de «fantaisiste». Une appréciation des réalités que partage guère le ministre des Hydrocarbures qui affirme lui que «le prix du carburant à la pompe évolue conjointement avec le cours du pétrole brut, mais jamais dans une proportion identique. La part du prix du pétrole brut dans le prix de cession du litre est faible et ne représente que moins d’un tiers du prix pratiqué à la pompe. Fondamentalement, le prix du carburant dépend pour beaucoup de variables indépendantes des fluctuations du brut sur les marchés mondiaux à savoir la marge de raffinage, le fret et la marge du négociant, les coûts locaux de stockage, de distribution ainsi que la fiscalité intérieure.»

La réduction du prix des produits pétroliers est un avantage pour les populations, car la baisse prix du litre de carburant fera des répercussions sur les prix des denrées de première nécessité. Malheureusement, selon le ministre Koulibaly, le prix du carburant ne peut être fixé en dehors des réalités économiques du pays : «fixer le prix du carburant en dehors de la réalité économique prive l’Etat de ses recettes donc de sa capacité à faire face au besoin du développement socio-économique du pays. L’Etat ne peut valablement accomplir sa mission qu’à travers les moyens de la mission que constituent les prélèvements des droits et taxes autorisés dans la loi des finances.»

Au niveau de la sous-région, selon le ministre, le prix du litre du carburant varie de 10.000 GNF à 11.000 GNF.