Bano Barry aux enseignants : « Aucun salaire n’est gelé…Tous les enseignants qui n’ont pas eu les leurs cette fois-ci, seront payés à partir de lundi»

septembre 27, 2018 8:19
0

Pr Bano Barry, le Conseiller à la Présidence de la République chargé de l’Enseignement Supérieur, est intervenu dans la matinée de ce jeudi 27 septembre sur les antennes de nos confrères de la Radio Espace, pour donner les détails sur la situation qui secoue actuellement le monde des enseignants. Du contrôle des présences physique des enseignants dans les écoles aux erreurs commises au niveau du ministère du Budget, lesquelles ont entrainé le retard des salaires des enseignants non recensés, Pr Bano a passé aux peignes fins cette situation qui défraie la chronique.

Pourquoi ce contrôle maintenant?

« A cette question, le Conseiller Chargé de l’Enseignement Supérieur à la Présidence de la République, explique calmement aux journalistes que ce contrôle discret a débuté en fin février sur instruction du Président de la République : «fin février dernier, sur l’instruction du Président de la République, le gouvernement a ordonné au ministre de l’Administration du Territoire de vérifier sur le territoire national la présence physique des enseignants en situation de classe. C’est ainsi que les chefs de quartiers, les présidents des districts, les sous-préfets, les préfets et les gouverneurs appuyés par les responsables locaux de l’éducation ont été mis à contribution. Après un travail minutieux, les rapports ont été remontés au ministère de l’Administration du Territoire. Celui-ci a acheminé le rapport au cabinet. Au cours du contrôle, il a été constaté dans les écoles, l’absence de certains enseignants et contractuels nommés comme sous-préfets, préfets, d’autres affectés dans les DCE, DPE, au cabinet du ministre. Tout ceci a été noté et nous travaillons sur ces cas précis», a-t-il expliqué.

 Quels ont été les raisons et les critères lors de ce contrôle?

« Je vous apprends que le secteur de l’éducation constitue la moitié de la Fonction Publique. Nous avons 48871 agents dans l’éducation. Et n’oubliez pas ! Depuis 2010, il y a eu 23.000 enseignants recrutés. Curieusement malgré ces recrutements, les populations plus particulièrement celles de l’intérieur se plaignent de l’insuffisance ou du manque d’enseignants. Dans certaines zones, il y a des classes multigrades. Alors, on s’est dit qu’il faut faire l’état des lieux afin de voir clairement ce qui se passe. D’où ce contrôle dont nous avons les premiers résultats. Aujourd’hui, nous avons 11.148 enseignants non en place. »

Ce sont ces enseignants qui ont vu leurs salaires de ce mois de septembre gelés ?

« Non. Aucun salaire n’a été gelé. C’était une erreur au niveau du ministère du Budget. Elle été corrigée et les enseignants qui n’ont pas eu leurs seront payés à partir du lundi. Tout a été minutieusement traité. Au cas par cas. Ce que beaucoup ne savent pas, plusieurs enseignants ont été mutés sans être suivis par leurs salaires là où ils sont affectés. Les salaires ont été maintenus là où ils étaient en poste. Cette gymnastique a provoqué une confusion au niveau du traitement des salaires, avec la nouvelle donne, au niveau du Budget. Mais c’est réglé. Ils auront leurs salaires s’ils sont réellement en situation de classe. Il n’y a pas eu de coupure de salaires. »

Des cas de maladie, congé, voyage ou mission ont-ils été pris en compte par les contrôleurs ?

Bano a insisté que le contrôle s’est fait pendant trois mois. Donc tous ces cas ont été passés aux peignes fins. Il soutient que le travail a été matriculé et vérifié. Les documents une fois à Conakry, ont été retournés à la base pour les dernières vérifications. Tous les cas, selon lui, ont été vus… « J’insiste que tous ceux qui ont des problèmes de salaires, c’est réglé depuis ce matin. Ils auront leurs salaires à partir de lundi ».