Pratique du journalisme en période électorale : une vingtaine d’hommes de médias outillés par l’Institut français de Guinée

0
444

Information politique et communication politique. C’est sous ce thème que s’est tenue une formation initiée par l’Institut français de Guinée à l’intention d’une vingtaine de journalistes. La rencontre qui a duré cinq jours, a regroupé des participants issus des médias publics et privés, ainsi que des blogueurs. C’est le Centre culturel franco-guinéen qui a servi de cadre à cet effet.

Dans son cours introductif, le formateur, Jean Baptiste Prédali a indiqué que la communication politique a connu depuis des décennies un développement tel qu’il est presque devenu courant aujourd’hui de la confondre avec la politique.

« Cette tendance semble amplifiée par l’utilisation de nouveaux outils de communication (les réseaux sociaux) qui transforme les hommes et les partis politiques en véritables médias sans autres médiateurs qu’eux-mêmes », a-t-il fait noter.

« De son côté, poursuivra-t-il, le journalisme politique répond encore à la fois à une logique proprement journalistique et à des modes d’exercice spécifiques. Outre le traitement de l’actualité au jour le jour, il sollicite des contextualisations, et des mises en perspective qui vont de l’histoire à la science politique ».

Aux dires du facilitateur, dans la pratique, ce traitement de l’information politique doit inclure le travail de multiples sources, leur recoupement et la mise en forme de l’information. Parlant des défis qui s’imposent aux journalistes politiques face aux communicants, M. Prédali a déclaré qu’il s’agit à ce niveau de maintenir le droit à l’accès à l’information.

Cette formation a lieu au moment où l’on s’achemine vers les législatives prévues pour le 16 février prochain. Ce qui impose un certain nombre d’exigences aux journalistes politiques, notamment cette exigence de neutralité et d’objectivité en traitant l’ensemble des acteurs et participants à ce processus de manière équilibrée. Autrement dit, il s’agit de rendre compte des événements, mais aussi des attentes des électeurs.

Une formation de laquelle les participants ont déclaré tirer beaucoup de profits, tout en promettant d’adapter les connaissances acquises à leur façon de faire désormais.