Présentation des vœux à la Justice : cette étrange demande des cadres qui embarrasse Me Sako

janvier 18, 2019 7:34

A la justice, tout le monde demande son statut particulier. Les magistrats et les greffiers ont obtenu les leurs ainsi que les gardes pénitentiaires. Ce vendredi 18 janvier 2019, alors que la famille judiciaire présentait ses vœux de nouvel an au ministre Cheick Sako, la Fédération syndicale professionnelle de la Justice et du personnel judiciaire n’a pas manqué d’éloges à l’endroit du ministre Cheick Sako. Un ministre, meneur de différentes  réformes (institutionnelle, des textes de loi, infrastructurelle…) dans le secteur de la justice, mais qui a aussi permis au personnel de l’administration centrale « d’avoir un bus de transport ».

Quoique satisfaits de Me Cheick Sako, ces acteurs de la justice (Secrétaires, directeurs, conseillers…) ont tenu à rappeler à leur ministre qu’il  n’y a pas que les magistrats et leurs auxiliaires (greffiers, huissiers, avocats, notaires) qui participent au fonctionnement de la Justice. Au nom de ses collègues, Mamadou Matho Camara a demandé au ministre de la Justice l’élaboration d’un projet de décret portant statut particulier des fonctionnaires de l’administration centrale du ministère de la Justice.

Mamadou Matho Camara a aussi énuméré un certain nombre de difficultés qui limite la performance du personnel du ministère de la Justice notamment ceux de l’administration centrale. Il a notamment cité la persistance de l’insuffisance du matériel de travail, de mobilier de bureau. Mais aussi, l’insuffisance des dotations budgétaires de certaines structures de la Justice.

En réponse à cette doléance, le ministre de la Justice leur a indiqué qu’il serait un peu compliqué d’attribuer un statut particulier au personnel de l’administration centrale du ministère de la Justice. Parce qu’ils sont fonctionnaires comme tous les autres, à la différence des magistrats, des greffiers, des gardes pénitentiaires ou des huissiers de justice. « Mais on verra…», leur a néanmoins répondu le ministre de la Justice.