Présentation du Centre d’Analyse et d’Études Stratégiques CAES-Guinée

0
522

Le Centre d’Analyse et d’Études Stratégiques (CAES) est un cadre de rencontre des expertises et d’échanges des savoirs. Il vient d’être créé par Aliou Barry (Géopolitologue, spécialiste des questions de défense et sécurité en Afrique) en collaboration avec des chercheurs guinéens appartenant à des sensibilités différentes, mais ayant la même ambition de promouvoir une réflexion sur l’avenir du pays et répondre aux attentes des décideurs politiques sur des problématiques d’ordres stratégiques qui affectent le développement politique, socio-économique et sécuritaire du pays. En clair, le Centre veut jouer le rôle d’un Institut de Recherche en Politique Publique.

La mission du Centre est de mobiliser l’expertise nationale, régionale et internationale pour réfléchir sur le devenir historique et politique de la Guinée, afin de comprendre et d’analyser les tendances, les pesanteurs, les contradictions, les blocages et les issues. Suivant cette perspective, il s’agit d’affirmer le pouvoir des Guinéens comme acteurs de leur destinée, en affranchissant les décisions publiques des exercices de divinisations qui ont longtemps bloqué l’entrée du savoir dans la vie politique guinéenne.

Pour mettre le savoir au service de l’intérêt public, le CAES entend relever les défis stratégiques auxquels est confrontée la Guinée en organisant ses activités autour de quatre axes :

1. La transformation des institutions de défense et de sécurité pour répondre au besoin de stabilité politique et sociale  
2. Le renforcement de l’arbitrage institutionnel dans une perspective de crédibilisation du processus électoral  
3. La réorganisation des mécanismes de justice distributive et d’égalité politique dans un souci de sécurité publique
4. La Coopération régionale et internationale en matière de renforcement de la capacité de l’État guinéen.

Ainsi, le Centre veut armer intellectuellement et scientifiquement les politiques qui organisent la vie sociale. Car, un pays, c’est la qualité de ses hommes et de ses femmes, de son système éducatif avant tout. Malheureusement, la Guinée n’offre aujourd’hui aucun établissement de savoir capable de former des ressources humaines qualifiées et de produire des connaissances nécessaires au gouvernement de la société. De même, un pays, c’est aussi ses valeurs culturelles,ses traditions, l’ingéniosité de son peuple, l’œuvre del’imaginaire individuel ou collectif.  Aujourd’hui, force est de constater que la créativité s’essouffle et que notre pays décline depuis longtemps en matière de développement des savoirs et de l’inventivité humaine.

Réfléchir sur ces paradoxes est une nécessité, agir pour inverser les tendances lourdes du futur, un devoir, un acte de responsabilité.

La réflexion prospective doit contribuer à ouvrir des voies nouvelles et réalistes, pour susciter chez tous les citoyens, et en particulier les hommes et femmes politiques, une attitude davantage fondée sur le sens de l’intérêt général. Redonner aux corps sociaux leur autorité, limiter le rôle du politique à celui d’arbitre et d’animation, éviter la confusion entre l’intérêt général et l’intérêt particulier, redéfinir les liens entre le politique et le citoyen, redonner à l’administration, aux forces de défense et de sécurité leurs attributs républicains, redécouvrir en nous-mêmes et nos communautés l’équilibre entre économie, justice et solidarité, favoriser la participation du plus grand nombre à la vie sociale et politique, voilà quelques éléments qui permettent d’imprimer un sens à la vie individuelle et collective.

Le CAES est ouvert à tous les chercheurs, désireux d’apporter leurs compétences et leurs convictions au service de la réflexion prospective et de l’initiative historique. Les résultats de ces recherches seront mis à la disposition de tous les acteurs du développement, notamment les Pouvoirs Publics, les partis politiques et la société civile.