Présidentielle 2020 : désignée candidate du FAN, l’ex-ministre Makalé Camara décline ses grandes priorités

0
1603

Le Front pour l’Alliaance Nationale (FAN) a tenu ce mardi 18 août sa convention nationale à son siège à Nongo, dans la commune de Ratoma. C’est l’ancienne ministre Hadja Makalé Camara qui a été désignée candidate du parti pour l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19, la cérémonie s’est déroulée dans le strict respect des règles barrières.

Aussitôt choisie candidate à l’élection présidentielle par les militants et les sympathisants de son parti, l’ancienne ministre des Affaires Etrangères Hadja Makalé Camara a répondu qu’elle accepte avec beaucoup d’humilité cette désignation tout en mesurant l’immensité de la responsabilité qui s’y attache.

 « La tâche en sera cependant facilitée puisque j’aime servir la Guinée, le pays de mes ancêtres. J’aime servir les Guinéens sans lesquels, je ne crois à un destin individuel. J’accepte d’être votre candidate à l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 car la Guinée a besoin de l’ensemble de ses filles et fils intègres qui placent le pays au-dessus de leurs intérêts propres », a-t-elle fait savoir.

Dans la foulée, Hadja Makalé Camara a rappelé que le FAN est un grand parti de par sa représentation nationale qui est l’une des conséquences de son travail ardu, son sérieux, sa crédibilité auprès des populations pauvres et riches à travers une méthode participative qui a permis de rassembler toutes les couches sociales sans exclusive.

« Notre parti a pris la parole devant les instances coutumières pour expliquer sa stratégie de sortie de crise économique et sociale dans laquelle le pays est plongé depuis une décade.  Le FAN, tous les jours, a engagé un dialogue avec ses membres adhérents et sympathisants, les représentants des services publics décentralisés et déconcentrés. A partir de cette stratégie, nous nous estimons heureux d’avoir des adhérents et militants fidèles de plus en plus nombreux mais aussi très exigeants. Notre parti FAN propose au peuple de Guinée un programme concret de prospérité pour la génération actuelle et celle à venir à travers une alternative démocratique», a-t-elle indiqué.

Dans la même logique, elle a souligné que les grandes lignes de son programme s’articulent autour de 11 axes dont entre autres : la cohésion sociale et l’unité nationale. Pour elle, « cet axe est le fondement même d’un Etat de droit. Il consiste à mobiliser les Guinéens et les Guinéennes autour d’un idéal commun, un programme concerté de consolidation de notre vouloir vivre ensemble, en magnifiant notre fierté d’appartenance à une nation de paix, de travail, de justice et de solidarité. »

S’exprimant sur la justice et l’Etat de droit, elle a déclaré qu’elle va œuvrer pour une justice efficace, rapide, peu onéreuse et accessible à tous les citoyens. « Telle est l’ambition de notre programme ‘’justice pour tous’’, a-t-elle dit.

En ce qui concerne les services sociaux de base, la présidente du FAN a laissé entendre que son parti a misé sur la construction des infrastructures routières, sanitaires et scolaires. « Cet autre axe, par notre capacité de mobilisation des ressources, la force et la sincérité de nos relations, permettra la construction des infrastructures routières pour générer le développement des échanges commerciaux, des infrastructures sanitaires performantes pour garantir aux Guinéens une meilleure santé mais surtout des écoles professionnelles pour créer une élite de bâtisseurs », a-t-elle expliqué.

S’agissant de l’agriculture, elle a indiqué qu’il va s’y investir afin que le secteur l’agricole soit une des stratégies clef du FAN pouvant permettre de sortir de la pauvreté plus de 70% de la population vivant en zone rurale.

Plus loin, Hadja Makalé Camara a dénoncé le fait que les mines soient devenues le moteur de l’économie guinéenne. Alors que, fustige-t-elle, les Guinéens n’en voient malheureusement pas les retombés économiques mais plutôt les effets néfastes sur l’environnement. « Par ailleurs, l’exploitation minière des ressources minières a créé une certaine frustration chez les populations riveraines car elles voient les richesses sortir de leurs localités sans qu’il n’y ait de changement positif dans leurs vies. Faites une visite à Boké, Boffa, Fria, Dinguiraye, Siguiri (…) », a-t-elle déploré.

La question du genre fait partie des axes prioritaires du FAN où il entend définir les dispositifs de suivi de la mise en œuvre de l’ensemble des engagements pris par notre pays en faveur de l’égalité entre les sexes et de l’autonomisation des femmes.

Quant à l’éducation et la création d’emploi, l’ancienne Chef de la diplomatie guinéenne a fait comprendre qu’il s’agit de renforcer le système éducatif pour qualifier les ressources humaines, promouvoir les filières techniques en vue de former une main d’œuvre qualifiée.

Abordant la question de gouvernance, elle a promis de bâtir une administration au sein de laquelle prévalent les critères de compétences et de patriotisme

Artisanat, arts et culture ne sont pas oubliés par le FAN. Son leader affirme qu’elle va donner une place aux artistes, en renforçant leur statut afin que l’artiste guinéen puisse vivre de son art. « Nous allons créer une assurance vie pour toutes les femmes et tous les hommes de culture pour garantir une fin de vie digne », a-t-elle promis.

Sur les relations internationales, le FAN entend instaurer une diplomatie de développement par le renforcement d’une formation spécialisée. « Renforcer l’idée d’une diplomatie économique fondée sur l’objectif contractuel du transfert des technologies, de connaissance et du savoir-faire », a-t-elle dit. Et d’ajouter qu’elle va mobiliser la diaspora guinéenne autour du développement et du rayonnement de la Guinée.

Lire vidéo: